•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ex-président et éditeur de La Presse Roger D. Landry est mort

Roger Landry parlant au micro.

Roger D. Landry a été éditeur de « La Presse » pendant 20 ans, soit jusqu'en 2000.

Photo : Courtoisie / La Presse

Radio-Canada

L'ex-président et éditeur du quotidien La Presse, Roger D. Landry, est mort. Il avait 86 ans.

Roger D. Landry a été président et éditeur du quotidien La Presse pendant 20 ans, de 1980 à 2000. Cinq ans plus tard, il est devenu chef de cabinet de l'ex-maire de Trois-Rivières, Yves Levesque, poste qu'il a quitté en 2018.

M. Landry a amorcé sa carrière à titre de responsable des communications du gouvernement du Québec pour Bell Canada, indique sa courte biographie publiée sur le site de l'Ordre national du Québec, dont il était officier depuis 1992. Il était aussi compagnon de l'Ordre du Canada.

Il a ensuite occupé des fonctions importantes au sein de la Sûreté du Québec et d'Expo 1967. Nommé vice-président au marketing des Expos de Montréal en 1977, il contribue à la création de la mascotte Youppi. La grande bête orange est aujourd'hui la mascotte des Canadiens de Montréal.

Roger D. Landry dans une pose classique.

Roger D. Landry a été nommé Officier de l’Ordre national du Québec.

Photo : Courtoisie La Presse

C'est en 1980 qu'il succède à Roger Lemelin au poste de président et éditeur du journal La Presse. Au cours de ces années, il sera aussi membre du conseil d'administration de l'association Les Quotidiens du Québec, vice-président et trésorier de l'Association canadienne des quotidiens et vice-président du conseil d'administration de La Presse canadienne.

Philanthrope, il a présidé les conseils d'administration de l'Opéra de Montréal et de la Société de la Place des Arts. Il s’impliquait auprès de l'Orchestre symphonique de Montréal, de Centraide et de la Fondation des jeunesses musicales.

Il a été le premier Canadien honoré de la Grande Médaille de Vermeil de la Ville de Paris pour son apport à la cause de la langue française.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Médias

Société