•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Guerre ouverte contre le plastique à usage unique

Des bouteilles d'eau dans un rayon d'un Familiprix.

Des bouteilles d'eau dans un rayon d'un Familiprix.

Photo : Radio-Canada / Katy Larouche

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les actions pour lutter contre le plastique à usage unique se multiplient dans les grandes chaînes. Dès vendredi, les Familiprix de la province ne vendront plus de bouteilles de plastique de 750 ml et moins.

Un produit qui était très prisé par les consommateurs selon Allan Haddad, pharmacien propriétaire d’un Familiprix, à Sherbrooke.

« Ça se vendait très bien. Les gens venaient en acheter quand c’était en spécial. Ça va représenter une petite perte, mais je suis à l’aise avec ça. »

— Une citation de  Allan Haddad, pharmacien propriétaire d’un Familiprix, à Sherbrooke

Cette décision pourrait ainsi diminuer l'empreinte carbone de la chaîne, croit Mourad Ben Amor, professeur à la faculté de génie de l'Université de Sherbrooke et expert en cycle de vie des produits.

Si on regarde le ratio de quantité d’eau qui est contenue dans des bouteilles et toute la matière qui est nécessaire [pour sa fabrication], c’est sûr qu’une plus grande bouteille a moins d’impact environnemental si on regarde tout le cycle de vie, explique M. Ben Amor.

Forcer le consommateur à acheter des bouteilles de plus grand format est une bonne initiative, selon lui.

« Mettre une belle contrainte comme celle-là, c’est un bon acte pour l’environnement. »

— Une citation de  Mourad Ben Amor, expert en cycle de vie des produits

Les sacs de plastique bannis des IGA

Sacs pastique photographiés dans un magasin IGA.

À partir du 19 mars prochain, on ne trouvera plus de sac de plastique à usage unique dans aucun des magasins IGA du Québec.

Photo : Radio-Canada / Katy Larouche

Les magasins IGA banniront quant à eux les sacs de plastique mince dès le 19 mars prochain dans toute la province.

Selon Mourad Ben Amor, les 182 millions de sacs de plastique qui seront retirés de la circulation grâce au bannissement annoncé par IGA auront eux aussi un impact significatif.

Les consommateurs devront toutefois garder en tête que les sacs réutilisables doivent servir plus d'une cinquantaine de fois afin de compenser pour leur fabrication qui est plus énergivore, croit-il.

Selon une étude publiée par Recyc-Québec en 2017, les sacs réutilisables en polypropylènes qu'on retrouve dans les épiceries doivent être utilisés 50 fois pour que leur cycle de vie soit équivalent au sac de plastique

Les sacs de coton doivent quant à eux être utilisés de 100 à 2 000 fois.

Avec les informations de Katy Larouche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !