•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manger local dans les hôpitaux de la Colombie-Britannique

Un homme coupe un morceau de viande dans une assiette.

Il y aura davantage d’aliments locaux dans les repas servis dans les 12 hôpitaux de la régie de la santé du Fraser.

Photo : iStock

Julie Carpentier

Les centres de soins et les hôpitaux de la régie de la santé du Fraser vont servir de plus en plus de repas à base d’aliments cultivés et transformés en Colombie-Britannique.

La ministre de l’Agriculture, Lana Popham, estime que c’est une tendance à la hausse dans la province. La régie de la santé de l’Intérieur a instauré un projet pilote l’an dernier en ce sens et, maintenant, c’est au tour de la régie de la santé du Fraser d’emboîter le pas.

Cinq millions de repas sont servis chaque année dans les établissements de la régie de la santé du Fraser, de Burnaby jusqu'à Hope.

Les fruits, les légumes, Abbotsford a beaucoup de bleuets, les fruits de mer, les poissons, il y a beaucoup de choses qui sont locales, note la diététiste de Surrey Claudia Lemay. C’est merveilleux, j’applaudis la démarche.

Il n'y a pas de guérison sans une bonne nutrition.

Une citation de :Claudia Lemay, diététiste

La diététiste, qui a travaillé pendant trois ans dans un centre de soins de longue durée, estime toutefois que la mesure comporte des défis pour les établissements de santé.

« Si les autorités médicales veulent qu’on change nos choix d’aliments, il va falloir que ça vienne avec de la flexibilité dans le budget. »

Des casseaux contenant plusieurs fruits.

Les aliments locaux ne sont pas nécessairement plus chers, croit le porte-parole de la régie de la santé de l'Intérieur.

Photo : iStock

Projet pilote à la régie de la santé de l'Intérieur

Andrew Pattison, le directeur des services de soutien à la régie de santé de l’Intérieur, évalue à 5 millions de dollars la somme dépensée l'an dernier en produits locaux, soit 750 000 $ de plus que l'année précédente. Il croit que ce montant continuera d’augmenter.

M. Pattison explique que les aliments locaux ne sont pas toujours plus chers. Pour remplacer les oeufs importés par des oeufs locaux, la régie de la santé a dû dépenser 5000 $ de plus par année. Par contre, il dit avoir fait des économies en achetant de la viande hachée produite dans la région.

Quand nous sélectionnons les produits, nous nous intéressons à la qualité, à la disponibilité, à la traçabilité et au budget. Nous avons maintenant ajouté le critère d’achat local.

Une citation de :Andrew Pattison, directeur des services de soutien à la régie de santé de l’Intérieur

Faciliter l'accès aux producteurs

Pour favoriser l'achat local, le ministère de l'Agriculture a mis sur pied le programme Feed BC, qui facilite la tâche aux agriculteurs, aux pêcheurs et aux transformateurs souhaitant approvisionner les établissements provinciaux. Le programme fournit des conseils, de l'information et des formations sur la salubrité des aliments.

Jusqu'à maintenant, 200 entreprises y participent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !