•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Armes d’assaut de type militaire : une pétition ne ralentit pas le gouvernement Trudeau

Une arme et des munitions.

Parmi les armes que le gouvernement fédéral souhaite bannir, on retrouve les fusils semi-automatiques AR-15.

Photo : iStock

Le gouvernement du Canada réitère son engagement ferme à interdire les armes d’assaut de type militaire, et ce, en dépit d’une pétition qui gagne de plus en plus d’appuis au pays.

La pétition parrainée par le député conservateur de Medicine Hat–Cardston–Warner, Glen Motz, a franchi le cap des 140 000 signatures, vendredi après-midi.

Les signataires demandent au gouvernement de soumettre à la Chambre des communes toute nouvelle loi sur les armes à feu, interdiction, programme de rachat ou modification concernant les permis d'armes à feu pour y être débattu. Aux yeux des conservateurs, les libéraux veulent contourner le processus démocratique de la Chambre des communes en procédant par décret.

Or, le bureau du ministre de la Sécurité publique du Canada a indiqué à Radio-Canada ne pas avoir encore déterminé le mécanisme pour adopter cette interdiction et n’écarte pas l'éventualité du dépôt d’un projet de loi.

Nous annoncerons les détails du programme de notre gouvernement sur les armes à feu bientôt.

Le bureau du ministre Bill Blair

La pétition, lancée en décembre, a été signée par près de 11 000 résidents du Québec et 46 000 de l’Ontario. Avec 140 000 signataires, cette pétition est celle qui a reçu le plus d’appuis depuis 2015, lorsque la Chambre des communes a accepté pour la première fois les pétitions électroniques.

Enjeux de sécurité

Vendredi, les conservateurs se réjouissaient du succès de cette pétition. La Bibliothèque du Parlement a confirmé à Radio-Canada que la pétition portant sur la protection de la vie humaine, en 1975, est celle qui a suscité le plus d’engouement. Plus d’un million de Canadiens se sont prononcés sur papier à l’époque.

Le député conservateur Glen Motz à la Chambre des communes.

Le député conservateur Glen Motz croit que les criminels et les gangs de rue sont le véritable problème, et non les propriétaires d’armes à feu.

Photo : La Presse canadienne

En mêlée de presse, le député Glen Motz a déclaré que les Canadiens souhaitent voir le processus démocratique suivre son cours et le gouvernement s’attaquer « aux vrais enjeux de sécurité publique ».

Les politiques libérales ciblent les propriétaires d’armes à feu respectueux des lois au lieu des criminels et des gangs, qui sont les vrais problèmes, dit-il.

Le leader du gouvernement en Chambre, Pablo Rodriguez, a réitéré l’intention extrêmement ferme [du gouvernement] de bannir des fusils conçus, produits et vendus pour une seule raison : tuer le plus grand nombre de personnes le plus rapidement possible. Il s’agit d’une promesse importante des libéraux lors de la dernière campagne électorale.

On respecte les positions diverses, mais nous avons pris l’engagement ferme, très, très ferme, que nous allions bannir ces armes.

Pablo Rodriguez, leader du gouvernement à la Chambre des communes

Parmi les armes que le gouvernement souhaite bannir, on retrouve les fusils semi-automatiques AR-15, utilisés dans plusieurs tueries de masse ces dernières années.

En 2019, l'Association canadienne pour les armes à feu (NFA) estimait qu’elle était la carabine de tir sportif semi-automatique la plus populaire du Canada. On en aurait alors répertorié environ 80 000 en circulation dans le pays entre les mains de propriétaires détenteurs d’un permis d'armes à feu à autorisation restreinte valide.

Le Bloc et le NPD veulent en débattre

Si le Bloc québécois et le Nouveau Parti démocratique sont tous deux d’avis qu’il faut bannir ce type d’arme, ils croient néanmoins que d’en débattre en Chambre serait préférable.

On ne parle pas des fusils que les chasseurs utilisent pour chasser. On parle des fusils de type militaire et on ne pense pas que les chasseurs utilisent des armes de type militaire pour tuer des chevreuils, a déclaré le député néo-démocrate Daniel Blaikie.

Pour sa part, le Bloc québécois maintient qu’outre le nombre de signataires de la pétition parrainée par les conservateurs, un meilleur encadrement des armes de type militaire est souhaité, en vertu d’un « consensus assez clair qui se dégage de l’Assemblée nationale ».

Notre position ne change pas par rapport à ça, on considère qu’il y a matière à encadrer les armes, a déclaré la députée de Saint-Jean, Christine Normandin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Armes à feu