•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Boutique du livre tourne la page

C’était huit années de bonheur, d’expérience et de joie. Les propriétaires de la librairies partent le coeur léger et fiers d'avoir aidé au rayonnement de la francophonie.

Façade extérieure de La Boutique du livre.

La Boutique du livre se trouve dans le quartier Saint-Boniface, rue Marion.

Photo : Radio-Canada / Thomas Asselin

Huit ans après l’avoir achetée, Nicole et Antoine Coudière ont décidé de mettre La Boutique du livre en vente. À cette occasion, la propriétaire du commerce situé à Saint-Boniface revient sur ces années à transmettre l'amour de la littérature francophone, surtout auprès des plus jeunes.

Nicole Coudière raconte avoir réalisé le rêve de ses 20 ans en devenant propriétaire de La Boutique du livre en 2012.

C’était huit années de bonheur, d’expérience et de joie. On a beaucoup aimé ce qu’on faisait, mais, déjà, on avait en tête de la garder seulement cinq à dix ans.

À cette époque, le couple cherchait à remplir quelques années avant la retraite, raconte Nicole Coudière. Il ne réalisait pas encore le geste politique et culturel qu’était de tenir une librairie francophone en milieu minoritaire.

Un livre pour enfant ouvert sur une pile de livres fermés.

La passion de la littérature passe par les jeunes, selon Nicole Coudière.

Photo : Radio-Canada / Emilie Richard

Huit ans plus tard, Nicole Coudière se réjouit d’avoir pu promouvoir la culture francophone à travers les livres.

Au fil des années, la propriétaire a vu une hausse du nombre de clients provenant de l’immersion française, ce qui la réjouit au sujet de la vitalité de la langue dans la province.

Proximité avec la communauté

Depuis l’achat de la librairie, le couple a beaucoup travaillé avec les écoles, les professeurs et les bibliothèques pour faire découvrir la richesse de la littérature jeunesse au grand public.

En tenant cette librairie, Nicole Coudière a pris beaucoup de plaisir à faire connaître des ouvrages et à guider les clients vers le bon choix.

On dit que les gens achètent de moins en moins de livres, mais ce n’est pas le cas pour la jeunesse. C’est toujours important d’avoir des copies papier. Le tactile, c’est une tout autre chose que de brancher un enfant sur un écran.

Une personne tient un livre électronique.

Dans les dernières décennies, le livre accessible sur les tablettes électroniques a fait son apparition dans les bibliothèques.

Photo : Associated Press / Emily Spartz/The Argus Leader

Qu’il s’agisse de gérer un inventaire ou d’assurer un service de commande pour garder des étagères bien remplies, gérer une librairie demande toutefois des compétences entrepreneuriales que le couple a dû apprendre sur le tas,

Ça a été un défi, mais je ne peux pas dire que ces huit ans ont été stressants, dit Nicole Coudière. Il y a eu du stress, mais c’était du bon stress. Le stress qui vient avec la volonté de bien faire les choses.

Pour la suite, les deux propriétaires passeront davantage du temps avec leur famille ou encore à voyager.

Nicole Coudière espère que la personne qui achètera la librairie aura, comme elle, l'amour pour la culture et la littérature jeunesse.

Avec les informations de l'émission L'actuel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !