•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand la musique classique résonne entre les murs d’une prison

Le musicien Gidon Kremer joue du violon en regardant une partition sur un lutrin.

Le violoniste Gidon Kremer a offert un concert aux prisonniers de l’Établissement Pacifique/Centre régional de traitement d’Abbotsford.

Photo : Christian Amundson/CBC

Radio-Canada

Les prisonniers de l’Établissement Pacifique/Centre régional de traitement d’Abbotsford ont pu apprécier la musique du violoniste Gidon Kremer. Le musicien de renommée mondiale s’est rendu à la prison pour un concert de plusieurs heures.

Le concert est un cadeau de la fondation Looking at the Stars, un organisme de Toronto qui permet de faire découvrir la musique classique à ceux qui n'y ont pas accès.

L’Établissement Pacifique/Centre régional de traitement d’Abbotsford abrite jusqu’à 400 détenus. Pour cet événement, près d'un quart d’entre eux se sont inscrits pour écouter la musique, entre autres, du compositeur russe Mieczysław Weinberg, Preludes to a Lost Time, ou le solo de violon Chaconne, de Jean-Sébastien Bach.

Avant d'entrer dans un gymnase improvisé en salle de concert pour l’occasion, chaque détenu a été fouillé et examiné par des gardiens de prison, mais aussi par un chien renifleur.

Un homme qui joue du violon.

Le violoniste Gidon Kremer a joué un solo de violon de Jean-Sébastien Bach.

Photo : Radio-Canada / CBC / Belle Puri

Au cours de ses 50 ans de carrière, Gidon Kremer a joué avec un grand nombre d’orchestres, et dans des salles de concert les plus prestigieuses du monde, mais c'est la première fois qu'il joue sur son violon Amati, âgé de 379 ans, pour les prisonniers.

Je pense que la musique est quelque chose qui peut apporter de la chaleur à tous ceux qui sont en difficulté, en prison ou ailleurs , dit le musicien.

Que pensent les détenus?

Robert est l’un des détenus venus écouter le violoniste. Il aimerait voir un programme de musique classique se créer un jour au sein de la prison.

Selon lui, la musique pourrait être un bon moyen pour les prisonniers d'exprimer plus librement ce qu'ils ressentent.

Cela serait une bonne thérapie pour les détenus qui sont admissibles au statut sécuritaire inférieur, explique-t-il.

Questions pour le violoniste

À la fin du concert, les détenus ont eu la possibilité de poser des questions à Gidon Kremer. Certains voulaient en savoir davantage sur d’autres compositeurs comme Vivaldi ou tout simplement connaître l'âge du violoniste.

Les détenus ont avant tout voulu remercier l’artiste de s’être déplacé afin de jouer pour eux.

Je dois dire qu'à certains égards ils étaient plus attentifs ou plus enthousiastes que certains publics de concert.

Gidon Kramer, violoniste

Le violoniste affirme que, si l’occasion venait à se présenter de nouveau, il accepterait sans hésiter.

La musique pour retrouver une dignité

La fondation Looking at the Stars a été créée par Dmitri Kanovich. Originaire de Lituanie, ce dernier est venu au Canada en tant que réfugié en 1983. Il a ensuite poursuivi sa carrière dans le domaine des technologies de l'information.

Dmitri Kanovich en entrevue.

Dmitri Kanovich est le directeur de la fondation Looking at the Stars.

Photo : Radio-Canada / CBC / Belle Puri

Dmitri Kanovich se qualifie d’entrepreneur et d’amateur de musique classique. Il considère que la musique est un moyen pour les détenus de conserver une certaine dignité, mais aussi d'être traités comme des êtres humains.

Il a toutefois tenu à préciser qu’il n’avait aucune sympathie pour les prisonniers qui ont commis certains crimes graves, mais il considère que la prison est l’espace par où le rétablissement commence. Nous leur devons ce rétablissement, car ils vont bien finir par revenir au sein de la société un jour, dit-il.

Depuis sa création, en 2015, la fondation a offert 37 concerts dans 15 prisons canadiennes.

Le concert a été présenté en partenariat avec l'Orchestre symphonique de Vancouver.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !