•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle journée de débrayage de la FEESO mardi 4 février

Piquet de grève de la FEESO.

Les syndicats d'enseignants poursuivent leurs moyens de pression (Archives).

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

Radio-Canada

Des membres de la Fédération des enseignantes-enseignants des écoles secondaires de l’Ontario (FEESO) seront en grève mardi 4 février dans certaines écoles afin de maintenir les moyens de pression contre le gouvernement de l’Ontario avec qui le syndicat négocie de meilleures conditions de travail pour les enseignants et de meilleures conditions d'apprentissage pour les élèves.

Le syndicat affirme que ses principaux enjeux sont l'augmentation prévue de la taille des classes et l'apprentissage en ligne obligatoire, tandis que le gouvernement estime que le point de discorde demeure l'augmentation salariale de 2 %.

La FEESO prévoit une autre journée de grève qui consiste à un retrait complet des services dans les conseils scolaires suivants :

  • Conseil scolaire du district de Lakehead
  • Conseil scolaire catholique du district de Thunder Bay
  • Conseil scolaire catholique du district de Lambton Kent
  • Conseil scolaire du district de Thames Valley
  • Conseil scolaire du district de la région Waterloo
  • Conseil scolaire catholique du district de Waterloo
  • Conseil scolaire du district de la région York
  • Conseil scolaire catholique du district de York
  • Conseil scolaire du district de Halton
  • Conseil scolaire du district de Kawartha Pine Ridge

Les membres du syndicat travaillant pour le Conseil scolaire catholique MonAvenir participeront à la grève dans les écoles suivantes :

  • École élémentaire catholique Cardinal-Léger
  • École élémentaire catholique Mère-Élisabeth-Bruyère
  • École secondaire catholique Père-René-de-Galinée
  • École élémentaire catholique Saint-René-Goupil
  • École élémentaire catholique Saint-René-Goupil – Programme avant et après école
  • École élémentaire catholique Saint-Noël-Chabanel (Cambridge)
  • École élémentaire catholique Jean-Béliveau
  • École élémentaire catholique Le-Petit-Prince
  • École catholique Pape-François
  • École secondaire Renaissance
  • Campus Renaissance
  • École élémentaire catholique Saint-Jean
  • École élémentaire catholique Saint-Michel
  • École élémentaire catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys (Markham)
  • École catholique Monseigneur-Jamot
  • École élémentaire catholique Sainte-Marie (Oakville)
  • Garderie satellite Copains copines – Sainte-Marie (Oakville)
  • École secondaire catholique Sainte-Trinité
  • École élémentaire catholique Milton Sud
  • École élémentaire catholique Saint-Nicolas

Les membres du syndicat travaillant pour le Conseil scolaire Viamonde participeront à un retrait complet des services dans les écoles suivantes :

  • École élémentaire La Pommeraie
  • École élémentaire Marie-Curie
  • École secondaire Gabriel-Dumont
  • Académie de la Tamise
  • École élémentaire Les Rapides
  • École secondaire Franco-Jeunesse
  • École élémentaire Viola-Léger
  • École élémentaire L’Odyssée
  • École élémentaire L’Harmonie
  • École secondaire Gaétan-Gervais
  • École élémentaire Patricia-Picknell
  • École élémentaire du Chêne
  • École élémentaire Dyane-Adam
  • École élémentaire Horizon Jeunesse
  • École secondaire Norval-Morrisseau
  • École élémentaire La Fontaine
  • Académie de la Moraine
  • École élémentaire Paul-Demers
  • École secondaire Étienne-Brûlé

La FEESO représente 60 000 membres, principalement des enseignantes et enseignants des écoles secondaires du système scolaire public anglais ainsi que des employés de soutien de huit conseils scolaires francophones.

Le retrait limité des services, qui a commencé en novembre, se poursuivra à l’échelle de la province, ajoute le syndicat.

Le ministre de l'Éducation de l'Ontario, Stephen Lecce dans un hall de l'Assemblée législative, répond aux question des journalistes.

Le ministre de l'Éducation de l'Ontario, Stephen Lecce, a la confiance de son premier ministre, Doug Ford.

Photo : Radio-Canada

Dans un communiqué, le ministre de l'Éducation ontarien, Stephen Lecce, déplore que la FEESO empêche les élèves de poursuivre leur apprentissage et retire des services importants, tels que ne pas remplir les bulletins scolaires, reporter les tests de mathématiques de l'OQRE et annuler les activités parascolaires.

M. Lecce estime que la FEESO ne présente pas à la table des négociations des propositions raisonnables qui améliorent l'expérience des élèves et non la rémunération de ses membres.

Les parents perdent patience face à l'ultimatum de la FEESO qui a décidé de procéder à d'autres grèves qui vont à l'encontre des élèves à moins que le gouvernement ne lui accorde ses demandes, notamment une rémunération de 1,5 milliard de dollars pour l'ensemble du secteur, a répété le ministre, qui estime que le conflit de travail porte principalement sur les salaires, le syndicat réclamant des augmentations supérieures à la hausse de 1 % par année prévue dans la loi provinciale.

L’Association des enseignantes et des enseignants catholiques anglo-ontariens (OECTA), qui représente 45 000 enseignantes et enseignants (élémentaire et secondaire) du système scolaire catholique anglais, organise également une nouvelle journée de débrayage le 4 février à l’échelle de la province.

De son côté, la Fédération des enseignantes et des enseignants de l'élémentaire de l'Ontario (FEEO) avait déjà annoncé une grève générale prévue le 6 février avant de retourner à la table de négociations mercredi. La province et la FEEO sont retournées à la table de négociation pour la première fois depuis le 19 décembre.

L’Association des enseignantes et enseignants franco-ontariens (AEFO) a aussi indiqué être en négociations avec la province depuis mercredi. La deuxième phase de la grève du zèle qui a débuté mardi se poursuit pour l’instant.

L'AEFO représente 12 000 membres environ : les enseignants francophones de l’Ontario, des systèmes catholiques et publics, en plus des membres du personnel de soutien de la majorité des conseils scolaires francophones.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Éducation