•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les édulcorants risqués pour le développement des bébés, selon une étude

Des sachets d'édulcorants.

Les édulcorants sont utilisés pour remplacer le sucre.

Photo : Associated Press / Jenny Kane

Tiphanie Roquette

La consommation d’aspartame et de stévia par les femmes enceintes conduirait leur enfant à un plus grand risque d’obésité, selon l'étude d’une professeure de nutrition de l’Université de Calgary, Raylene Reimer.

La recherche sur les effets de ces édulcorants utilisés pour remplacer le sucre a été conduite sur des rats.

Les essais cliniques sur les humains montrent toutefois de plus en plus un risque d’obésité associé à une consommation journalière d’aspartame et de stévia, affirme la chercheuse. Elle estime donc que les résultats de son étude peuvent être transposés aux humains.

La petite enfance semble être une période de la vie où les effets de la nutrition sont amplifiés, ajoute-t-elle.

Qu'est-ce que les édulcorants?

Ce sont des produits qui imitent le sucre, mais fournissent peu ou pas de calories. Leur pouvoir sucrant peut être jusqu'à 600 fois plus élevé. Ils sont notamment utilisés dans des produits et les boissons diètes.

L'aspartame est un édulcorant artificiel. La stévia est naturelle, puisque c'est une plante.

Le cerveau modifié

Les bébés rats dont la mère avait consommé des édulcorants pendant la grossesse avaient une masse graisseuse plus élevée rapidement après la naissance.

Raylene Reimer porte une blouse pose dans son laboratoire.

Raylene Reimer est professeure de nutrition à l'Université de Calgary.

Photo : Université de Calgary/Riley Brandt

Les mâles en particulier étaient dans un état prédiabétique et avaient dû mal à réguler leur glucose.

La consommation de leur mère a aussi conduit à un changement dans la partie du cerveau de leur progéniture qui contrôle le sentiment de récompense. Cette modification rend plus attractive la nourriture sucrée et grasse, explique Mme Reimer.

Le microbiote transformé

Le lien entre la nutrition pendant la grossesse et les enfants est complexe et demande plus d’études. La professeure croit toutefois qu'une des clés se trouve dans le microbiote, à savoir l’environnement bactérien des intestins.

Transférer des excréments de rat dont la mère avait consommé des édulcorants à des bêtes stériles transmettait également le risque accru d’obésité et de diabète.

Mme Reimer s’intéresse maintenant à la manière dont cette transformation du microbiote évolue à long terme. Si quelque chose arrive et que le microbiote est déséquilibré, peut-on le corriger? s’interroge-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Santé