•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Origines, l'exposition qui retrace l’histoire de la Terre en photos

Une flaque bleue de lave s'écoule.

Le site hydrothermal de Dallol, dépression Danakil, en Éthiopie

Photo : Olivier Grunewald

Radio-Canada

Volcans en éruption, lac de soufre, montagnes enneigées et grizzly sur une roche. Ce sont quelques-unes des photos de l’exposition Origines, qui raconte l’histoire de la planète en images. Pris par le photographe français Olivier Grunewald, ces clichés visent à montrer l’origine de la Terre et la beauté de ses paysages pour mieux les préserver.

Avec certaines des photos qui font plus de 4 mètres de large, les visiteurs et visiteuses peuvent s'immerger dans l’image. La planète est grande, donc on ne va pas la présenter sous forme de petites photos. L’idée est de déambuler et de voir la planète se forger. L’immersion est très importante, explique le photographe en entrevue avec la chroniqueuse culturelle du 15-18 Katerine Verebely.

Des formes brunes, jaunes et blanches flottent sur de l'eau.

Un lac de soufre sur le site hydrothermal de Dallol, dépression Danakil en Éthiopie

Photo : Olivier Grunewald

Les 60 clichés de l’exposition ont été pris durant les 30 dernières années par Olivier Grunewald aux quatre coins du monde.

L’exposition veut montrer le temps qu’il aura fallu en plus de 4 milliards d’années pour [la transformation] de la Terre qui s’est assagie, puis les paysages se sont formés, l’érosion et la vie qui a commencé. L’idée est de raconter cette longue histoire pour faire réfléchir à la place de l’être humain, qui n’est arrivé que tardivement et qui, dans les 200 dernières années, a complètement tout bouleversé.

Olivier Grunewald

Une réflexion sur la protection de la nature

Cette exposition photographique qui rend hommage à la beauté de la Terre est aussi un vibrant appel à la protection de notre planète et de sa biodiversité.

L’objectif du photographe est de mettre en valeur la beauté de notre planète et la nature sauvage afin de faire réfléchir. On finit par l’oublier. De plus en plus de gens vivent en ville.

La femme sourit et regarde sur le côté.

Bernadette Gilbertas signe les textes d’un ouvrage regroupant les clichés de l’exposition « Origines ».

Photo : Olivier Grunewald

Il faut rappeler l’importance de la protection de ces écosystèmes où l'on peut aller et raconter l’histoire des scientifiques. Des gens engagés et volontaires qui sont prêts à consacrer leur vie à la sauvegarde de certains écosystèmes. C’est ça aussi qui nous motive, soutient la journaliste Bernadette Gilbertas, conjointe du photographe, qui signe les textes d’un ouvrage regroupant les clichés de l’exposition.

Des photos non traitées

Origines est conçue comme une fresque chronologique tout au long de laquelle on se projette dans l’histoire de la planète en une soixantaine d’images divisées en 4 thèmes : chaos, terre, oasis, bestiaire.

L'animal est perché sur une roche dans l'eau.

Un grizzli dans le parc national de Katmai, en Alaska, aux États-Unis

Photo : Olivier Grunewald

Puisque l’exposition regroupe des clichés pris au cours des 30 dernières années, certaines photos ont été prises en argentique et d’autres en numérique. Toutefois, aucun traitement n’a été effectué sur les clichés. Le photographe utilise la lumière naturelle.

L’énorme différence, c’est que le numérique a amené le doute. Quand on voit une photo avec de belles couleurs, on se dit que les curseurs ont été poussés sur Photoshop, explique Olivier Grunewald

L'homme regarde au loin avec des lunettes sur le front.

Le photographe français Olivier Grunewald

Photo : Olivier Grunewald

Dans une journée, il va y avoir avant le lever de soleil, pendant, après, les jours gris, les jours clairs. C’est cette quête de lumière [qu’on cherche]. La photographie, c’est apprendre à regarder, soutient le photographe.

Origines est présentée au Planétarium de Montréal jusqu’au 24 janvier 2021.

Une montagne au loin est recouverte de neige.

Un sommet enneigé à Llareta, Parc national de Lauca au Chili 

Photo : Olivier Grunewald

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Arts visuels

Arts