•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les réservations non honorées, le fléau des restaurateurs

Des ustensiles, des verres et des serviettes sur une table.

Les réservations non honorées présentent un casse-tête et une source de pertes de revenus pour les restaurateurs.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les clients qui ont réservé dans un restaurant et qui ne s’y présentent pas, sans avertir, engendrent des pertes financières pour les restaurateurs. Les établissements de Trois-Rivières n’échappent pas à la tendance.

Les no show, c'est le terme utilisé par les restaurateurs pour décrire les clients qui ont réservé une table, qui n'annulent pas leur réservation, mais qui ne se présentent pas au restaurant. Une omission en apparence banale, qui a pourtant un impact financier considérable.

Une femme qui porte des lunettes sourit.

Paskale Méthot est propriétaire du restaurant Sushizo à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

Parfois on fait rentrer des cuisiniers pour assumer le nombre de réservations qu'on a, donc on a un staff de plus sur le plancher, on va avoir refusé des personnes, on va s'être préparés en conséquence, raconte la propriétaire du restaurant Sushizo, Paskale Méthot. À la fin d'une soirée où, il y a eu plus qu’un, deux, trois no show, on a plus de pertes.

Façade enneigée d'une vieille maison blanche en bois.

Le restaurant Le Buck, dans le Vieux Trois-Rivières, connaît trop bien le problème des réservations non honorées.

Photo : Radio-Canada

Au restaurant Le Buck au centre-ville de Trois-Rivières, on estime qu'entre 200 et 350 personnes chaque année  n'honorent pas leur réservation. Un soir, pendant la période les Fêtes, 22 personnes ne se sont pas présentées.

Un homme barbu debout dans une salle de restaurant.

Martin Bilodeau est propriétaire et directeur général du restaurant Le Buck dans le Vieux Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

Ça met en péril la rentabilité de l'entreprise, déplore le propriétaire et directeur général Martin Bilodeau, surtout qu’en restauration, il faut considérer que les marges sont assez restreintes. Si on se base sur les chiffres de l'Association des restaurateurs du Québec (ARQ), on est entre 2 et 4 % de rentabilité à la fin de l'année, donc toutes les entrées d'argent sont importantes.

Des pistes de solutions pour les restaurateurs

Le phénomène est très répandu au Québec. Certains restaurants ont même décidé d'imposer une pénalité financière aux clients qui ne se présentent pas, sans annuler. Une mesure qui est toutefois contraire à la loi.

L'ARQ propose plutôt un contrat comprenant un dépôt pour les grands groupes. D'autres solutions existent pour la clientèle plus régulière. On leur recommande peut-être de prendre en note le numéro de carte de crédit, des fois ça peut-être un effet dissuasif pour les clients qui ne veulent pas se présenter, ou sinon de rappeler les clients pour reconfirmer qu'ils seront bien présents à leur réservation, explique Martin Vézina, porte-parole de l’ARQ.

Un jeune homme répond au téléphone.

Le restaurant Sushizo a décidé de dire merci aux clients qui prennent la peine d'appeler pour annuler leur réservation.

Photo : Radio-Canada

La propriétaire du Sushizo, Paskale Méthot, a choisi pour sa part de sensibiliser ses clients. Les personnes qui nous appellent pour nous le dire : je ne pourrai pas être à ma réservation, on les félicite. On leur dit merci de nous avoir appelés.

D'après le reportage de Camille Carpentier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !