•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le cas de coronavirus en Colombie-Britannique est maintenant confirmé

Le ministre de la Santé de la C.-B., Adrian Dix, et la médecin en chef provinciale, la Dre Bonnie Henry, en conférence de presse.

La médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique, la Dre Bonnie Henry, dit que le cas n'est pas une « surprise » et que les autorités sanitaires de la province s'attendaient « à un ou deux cas ».

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Benoit Clément

Les autorités sanitaires de la Colombie-Britannique annoncent que le cas présumé de coronavirus découvert le 27 janvier a été confirmé en laboratoire.

La médecin hygiéniste en chef de la province, la Dre Bonnie Henry, souligne que le patient, un homme de la région de Vancouver qui se rend régulièrement en Chine pour le travail, demeure en isolement, chez lui.

« Le risque de propagation du virus demeure faible en Colombie-Britannique, pour le moment. Toutes les précautions nécessaires sont prises pour limiter la propagation » assure la Dre Henry.

Les autorités recommandent simplement de suivre les principes d’hygiène de base, comme se laver les mains régulièrement, éviter de se toucher le visage et d’éternuer dans le creux de son coude.

La Dre Eleni Galanis, médecin épidémiologiste au centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique, ajoute que les chercheurs continuent d’étudier le nouveau virus.

« Il y a beaucoup de choses qu’on ne connaît pas très bien encore, étant donné que c’est un nouveau virus qui vient d’être découvert », a-t-elle précisé en entrevue à l'émission Boulevard du Pacifique.

« Mais si on compare à d’autres coronavirus, comme celui qui a causé le SRAS, on s’attend à ce que la période d’incubation soit de une à deux journées, jusqu’à une période de deux semaines », explique la Dre Galanis.

Le BCCDC demande à toute personne qui présenterait des symptômes du coronavirus après un voyage dans la zone touchée de rapporter son état aux autorités sanitaires en appelant le 811.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !