•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Militer pour le féminisme en Iran

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une femme ayant retiré son hidjab blanc.

Le reportage de Sophie Langlois

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

En Iran, la contestation du régime autoritaire des ayatollahs, en place depuis plus de 40 ans, est généralement durement réprimée par les autorités. Plusieurs femmes luttent pourtant pour s'affranchir du carcan de la République islamiste.

Shaparak Shajarizadeh n'est pas la seule femme à lutter contre le harcèlement, le dénigrement et la violence envers les femmes dans ce pays du Moyen-Orient.

Elle n'est pas non plus la seule à avoir participé aux Mercredis blancs, un mouvement visant à favoriser la mobilisation des femmes iraniennes contre les règles misogynes de la société, y compris la nécessité de porter un foulard.

D'une série de rassemblements où les participantes avaient comme seule consigne de porter un hidjab (foulard) blanc, le mouvement s'est transformé en des actes de défiance de l'État, lorsque des femmes ont commencé à retirer leur foulard et à en diffuser les images sur les réseaux sociaux.

Arrêtée par la police et envoyée en prison plus tard, Mme Shajarizadeh a été « violemment battue », confie-t-elle. J'ai eu peur, avoue la quadragénaire en entrevue. Peur de mourir, sans doute, mais aussi peur pour son fils de 9 ans.

Son garçon sera d'ailleurs embarqué lors d'une rafle subséquente et sa mère, de nouveau placée en isolement.

Finalement libérés, Mme Shajarizadeh et son fils réussiront à émigrer au Canada.

Installée dans la banlieue de Toronto, la quadragénaire apprend à découvrir son nouveau pays et rêve de pratiquer le droit. Histoire, notamment, de défendre toutes les autres femmes toujours persécutées par le pouvoir iranien.

Depuis quelques années, ce sont les femmes qui font la révolution en Iran, déclare-t-elle.

Selon un reportage de Sophie Langlois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !