•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

127 signataires à l'UQAC pour la lettre contre GNL Québec

L'UQAC.

L'Université du Québec à Chicoutimi

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

La lettre s'opposant à GNL Québec a finalement recueilli 127 signataires, dont 101 professeurs et chargés de cours.

La lettre a été initiée par six membres du corps enseignant de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Sa circulation avait été rapportée dans les médias de façon non planifiée par ses auteurs.

Elle a été expédiée mercredi en début de soirée en même temps qu'un communiqué a été envoyé aux médias. Les destinataires sont le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, le premier ministre du Québec, François Legault, le ministre fédéral de l'Environnement, Jonathan Wilkinson, le ministre québécois de l'Environnement, Benoit Charette, la mairesse de Saguenay, Josée Néron, et les députés provinciaux et fédéraux du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Parmi les 127 signataires, il y a 63 professeurs de huit départements, 38 chargés de cours et 26 professionnels. Au total, environ 600 employés de l'université ont été sollicités pour signer la missive. Ils avaient une semaine pour le faire.

L’idée, ce n’était pas d’avoir une majorité de personnes, mais d’avoir une diversité d’expertise.

Une citation de :Sophie DelFa, professeure au département d'art et lettres, UQAC

Les responsables considèrent avoir atteint leur objectif.

Selon le communiqué, la lettre dénonce les impacts écologiques, économiques, fiscaux et sanitaires du projet de GNL Québec et invite à se mobiliser pour le développement d’une industrie régionale durable et surtout, non fondée sur les énergies fossiles.

Le document a trois objectifs, soit d'appuyer les récentes sorties citoyennes et celles du milieu de la recherche, de mettre en évidence les propositions de transitions développées et en développement à l’UQAC et d'offrir les expertises scientifiques présentes à l’université de Saguenay.

GNL Québec prévoit construire une usine de liquéfaction de gaz naturel qui serait exporté sur le marché mondial par navires sur le Saguenay. Le projet est jumelé à celui de Gazoduq qui vise la construction d'un gazoduc entre le Saguenay et l'Ontario pour rejoindre un réseau national. Mis ensemble, les deux projets totalisent 14 milliards de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !