•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accident de travail dans une boucherie : un accusé dénonce un « règlement de comptes »

Bernard Huot et son fils Carl Huot sont accusés de négligence criminelle.

Bernard Huot et son fils Carl Huot sont accusés de négligence criminelle.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Au procès de l'ex-propriétaire de la Boucherie Huot et de son fils, ce dernier a tenté de minimiser son implication dans l'entreprise dans les mois qui ont précédé l'accident de travail d'un employé tombé dans un hachoir à viande.

Carl Huot est le premier à témoigner en défense, lui qui est accusé tout comme son père de négligence criminelle causant des lésions.

Le travailleur Olivier Bouchard a subi de graves blessures à la tête après être tombé dans le hachoir industriel, dont le dispositif d'arrêt ne fonctionnait pas.

Lors de l'événement, en novembre 2016, Carl Huot était lui même en arrêt de travail depuis plus de deux ans après s'être blessé à la colonne vertébrale.

Des témoins de la poursuite ont décrit le fils de l'ex-propriétaire comme le responsable des réparations dans l'entreprise familiale.

L'homme de 38 ans assure que son rôle se limitait à faire l'entretien de base des appareils et que des spécialistes étaient appelés lorsque des réparations étaient nécessaires.

Règlement de comptes

Après un accident de travail, en 2014, Carl Huot assure avoir joué un rôle mineur, dans les activités de l'entreprise.

Il qualifie les témoignages d'ex-employés lors de la preuve de la poursuite de règlement de comptes.

Je ne pense pas que Viandex aurait acheté une compagnie à ce prix-là, si elle était broche à foin, a fait valoir l'accusé.

Au moment de l'accident de travail, Viandex venait d'acheter la Boucherie Huot.

Le contre-interrogatoire de Carl Huot va se poursuivre demain, après quoi son père Bernard doit également témoigner pour sa défense.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.