•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : la communauté chinoise dénonce la stigmatisation et le racisme

Une personne portant un masque dans l'aéroport Pearson de Toronto.

Le gouvernement canadien déconseille maintenant aux citoyens de voyager dans une province chinoise qui est au centre d'une épidémie mondiale d'une nouvelle forme de coronavirus.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

La communauté chinoise dénonce le déferlement de commentaires racistes formulés à l’encontre de ses membres, alors qu’un homme et une femme de Toronto ont contracté le nouveau coronavirus après avoir voyagé à Wuhan, l’épicentre de l’épidémie en Chine.

Nous sommes stigmatisés à cause du coronavirus. Nous ne voulons pas que la peur et la panique se propagent, a mis en garde Amy Go, présidente intérimaire du Conseil national des Canadiens chinois.

Une femme d'origine chinoise parle devant un micro lors d'une conférence de presse.

Amy Go, présidente nationale intérimaire du Conseil national des Canadiens chinois.

Photo : Radio-Canada

Le maire de Toronto a affirmé son soutien à la communauté chinoise de Toronto, si importante dans notre ville, a-t-il déclaré, dénonçant des cas de stigmatisations.

J’ai été très troublé d’entendre que des personnes traitent notre communauté canadienne chinoise différemment, disant qu'ils devraient être évités, mis en quarantaine ou suggérant d'éviter les commerces chinois.

John Tory, maire de Toronto
Le maire de Toronto en conférence de presse.

Le maire de Toronto, John Tory, a rappelé que les risques d'infection demeurent faibles.

Photo : Radio-Canada

Nous ne pouvons pas laisser la peur ou l'ignorance triompher sur nos valeurs communautaires de bienveillance, de respect et de rejet de la discrimination ou de la stigmatisation, a-t-il ajouté.

Tout le monde sait qu'il se passe quelque chose et, comme la première chose qu'ils voient est une personne, ils pourraient associer quiconque vient de ce pays avec cette maladie, déplore à propos de la stigmatisation Kathy Lam, l'une des rares clientes du centre commercial Pacific Mall, qui regroupe essentiellement des commerces asiatiques à Markham, en banlieue de Toronto.

Un couloir vide dans un centre commercial.

Mercredi, le Pacific Mall, qui regroupe essentiellement des commerces chinois, était très peu achalandé.

Photo : Radio-Canada

Ne pas céder à la panique

Un autre représentant du Conseil national des Canadiens chinois, le Dr Joseph Wong, a tenu à mettre en garde contre l’effet de panique, tout en rappelant le public à s’en tenir aux faits et aux informations officielles.

Il y a tellement de panique dans la communauté que les gens agissent avec peur et panique, a-t-il regretté, rappelant que seulement deux cas ont été confirmés à Toronto et un cas est présumé en Colombie-Britannique.

Dr Joseph Wong déplore que l'attention se concentre sur le nouveau coronavirus alors que la grippe saisonnière est plus meurtrière.

De quoi parlons-nous? Nous avons des milliers et de milliers de cas de grippe, tuant plus de 3500 personnes par année au Canada. Et beaucoup d'entre nous ne veulent toujours pas de vaccin contre la grippe.

Dr Joseph Wong, Conseil national des Canadiens chinois

La médecin hygiéniste en chef de Toronto, Eileen de Villa, a également mis en garde contre la désinformation qui circule sur le coronavirus, invitant le public à se fier aux informations des autorités de santé reconnues.

Des informations inexactes continuent de se répandre, ce qui crée une stigmatisation inutile des membres de notre communauté, a-t-elle renchéri.

Je suis profondément préoccupée et je trouve décevant que cela se produise. La discrimination n'est pas acceptable. Ce n'est pas utile et la diffusion de fausses informations n'offre aucune protection à personne.

Eileen de Villa, médecin hygiéniste en chef de Toronto

Je comprends qu'en cas d'incertitude, les gens peuvent s'inquiéter. Je veux rappeler aux gens de vérifier les sources crédibles et fondées sur des preuves pour obtenir les faits lors de la recherche d'informations, a-t-elle ajouté.

Une femme parle en conférence de presse avec un foulard coloré autour du cou.

La médecin hygiéniste en chef de Toronto, Eileen de Villa, dénonce la désinformation qui entoure le nouveau coronavirus.

Photo : Radio-Canada

Mardi, le conseil scolaire de la région de York a également appelé à faire preuve de prudence pour éviter les possibles préjugés après que des parents eurent mis en ligne une pétition appelant les écoles à demander aux élèves dont les familles se sont récemment rendues en Chine de se mettre volontairement en quarantaine à la maison pendant 17 jours.

Les responsables du conseil scolaire ont écrit une lettre indiquant que de telles demandes risquent de causer des préjugés et du racisme, même lorsqu'elles sont faites au nom de la sécurité.

Sur les réseaux sociaux, des messages de haine insinuent que les coutumes alimentaires inusitées de certains Chinois seraient à l’origine de la propagation du virus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Santé