•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les assistants vocaux sont mauvais pour recommander des premiers soins

Un homme porte un T-shirt d'infirmier. Il est assis à une table, les mains jointes devant lui. Il regarde quatre appareils d'assistance vocale posés devant lui.

L'infirmier clinicien Christopher Picard a posé à quatre assistants vocaux des questions de premiers secours.

Photo : Radio-Canada / Jamie Malbeuf

Tiphanie Roquette

« Dis, Siri, j’ai mal à la poitrine. » Réponse de Siri : « Je n’ai pas de corps. » Ce type d’échange illustre à quel point les assistants vocaux sont encore loin de pouvoir aider à prodiguer des premiers secours en cas d’urgence, selon les conclusions d’une recherche de l’Université de l’Alberta.

Christopher Picard, infirmier clinicien et étudiant en maîtrise à l’Université de l’Alberta, a évalué la capacité de quatre assistants vocaux à comprendre une question médicale et la qualité de la réponse en 2018-2019.

Il leur a posé 123 questions sur 39 thèmes de premiers soins, selon le guide de la Croix-Rouge.

Ils ne sont pas encore au niveau, conclut-il.

Google Home en tête

Google Home a remporté les meilleurs résultats, en comprenant 98 % des questions. Sa réponse correspondait aux recommandations médicales dans 56 % des cas.

En deuxième position, Alexa, d’Amazon, avait aussi un niveau élevé d’exactitude dans sa compréhension de la requête. Le taux de réponses justes était cependant faible, à 19 %.

Siri, d’Apple, et Cortana, de Microsoft, ont produit des résultats si faibles que les chercheurs n’ont pas pu les analyser.

Un potentiel d’aide vitale

Nous espérions de meilleurs taux de réponse de ces appareils, surtout sur des questions comme "Quelqu’un va mourir" ou "Je veux mourir" plutôt que "J’ai un coup de soleil", explique l’infirmier clinicien.

Christopher Picard est d’autant plus déçu qu’il croit au potentiel de ces assistants vocaux. Moins de 20 % des Canadiens ont été formés pour administrer un massage cardiaque [...] Tout ce que nous voulions savoir, c’est lequel de ces assistants, qui sont dans de très nombreux foyers, peut fournir une aide vitale immédiate en mains libres, note-t-il.

Le chercheur croit cependant que des recherches comme la sienne pourraient aider les fabricants à améliorer leurs produits. Apple avait ainsi perfectionné son assistant vocal après la découverte de réponses inadéquates à des pensées suicidaires.

L'étude (Nouvelle fenêtre) a été publiée dans la revue scientifique en ligne BMJ Innovations.

D'après les entrevues de Jamie Malbeuf

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Science