•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Front commun pour le prolongement de la ligne Millenium vers l'UBC

Le maire de Vancouver, Kennedy Stewart, prend la parole lors d'une conférence de presse.

Avec 55 000 étudiants, l’UBC est une destination majeure du réseau d'autobus du Grand Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Ville de Vancouver, l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) et la société de développement des Nations Squamish, Musqueam et Tsleil-Waututh (MST-DC) signent un protocole d'entente visant à faire du prolongement du SkyTrain vers l’UBC une réalité. 

En conférence de presse mercredi, le maire de Vancouver, Kennedy Stewart, a demandé au premier ministre Justin Trudeau ainsi qu'au premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, de financer le prolongement de la ligne Broadway Millennium au-delà de la station Arbutus, dont l’ouverture est prévue en 2025. 

Le maire de Vancouver souhaite un « engagement verbal » clair en ce sens.

Au final, ce sont eux qui rendront possible la construction du SkyTrain, plaide-t-il.

Ses revendications seront transmises au premier ministre Justin Trudeau lors de sa visite à Ottawa, prévue en février.

Le prolongement du SkyTrain le long du corridor Broadway jusqu’à l'UBC figure parmi les priorités de la Ville de Vancouver.

UBC : destination majeure du réseau

Non seulement il rendra le campus plus accessible pour la communauté universitaire, mais le projet de prolongation permettra d'améliorer les programmes d'enseignement et de recherche et d'approfondir l'engagement communautaire et industriel de l'UBC, affirme le président et vice-chancelier de l'Université, Santa Ono.

La Nation Tsleil-Waututh souligne pour sa part que le développement du transport en commun est important pour la communauté.

Non seulement ce projet est bon pour la région, mais il est bon pour la réconciliation, en faveur de laquelle le premier ministre s'est prononcé, indique la chef Leah George Wilson.

Les trois organisations ont souligné le caractère « unique » de l’entente protocolaire.

C’est la première fois au Canada qu’un établissement universitaire, une société de développement autochtone et une municipalité unissent leur voix pour demander un tel investissement, ont-elles rappelé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !