•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau tracé pour le 3e lien éviterait l'île d'Orléans

Pour une rare fois, les maires de Québec et Lévis applaudissent à l'unisson

Vue du Vieux-Québec et du Château Frontenac, en hiver.

L'option maintenant considérée a été présentée aux maires de Québec et de Lévis, Régis Labeaume et Gilles Lehouillier, a appris Radio-Canada.

Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Carl Marchand

Le gouvernement Legault fait volte-face et ouvre la porte à un nouveau tracé du 3e lien Québec-Lévis qui éviterait l'île d'Orléans. Le scénario étudié relierait les deux centres-villes, tout en faisant une place de choix au transport en commun.

Le tunnel partirait du secteur de l'autoroute 20 à la hauteur de la rue Monseigneur-Bourget sur la Rive-Sud, pour atteindre Saint-Roch à Québec.

Il ressortirait dans le secteur du stade Canac et de l'autoroute Laurentienne.

Le maire Labeaume estime que cette nouvelle mouture présente des « gains nets » pour sa ville, contrairement à l'option précédente.

« Ça donne un plan cohérent de la couverture en transport collectif sur les deux rives, ce qui était notre intention dans les dernières années », a réagi Régis Labeaume.

Labeaume « content » du nouveau tracé pour le 3e lien

Le projet s'harmonisera avec celui du réseau de tramway de la capitale, ajoute-t-il.

Pour Gilles Lehouillier, l’option sur la table n'est ni plus ni moins que « spectaculaire ».

Le maire de Lévis dit avoir partagé son enthousiasme de vive voix avec le premier ministre Legault, en soirée, mardi.

« Je pense qu'on a le meilleur des mondes au niveau du transport en commun et je trouve que c'est avant-gardiste, visionnaire », avance M. Lehouillier.

Les réactions de Gilles Lehouillier au nouveau tracé pour le 3e lien

Mon impression, c'est que ça vient d'attacher une participation financière du gouvernement fédéral, parce que le fédéral a indiqué son intention ferme d'appuyer tous les projets de transport en commun.

Gilles Lehouillier, maire de Lévis

Le scénario maintenant mis en avant aurait l'avantage de relier les deux centres-villes.

Le transport en commun serait d'ailleurs partie prenante du projet. Le nouveau tracé prévoit l'utilisation d'un trambus (SRB) et plusieurs stations seraient établies, dont une au quai Paquet, au campus Desjardins, à un stationnement incitatif de Monseigneur-Bourget à Lévis, puis à la place D'Youville et dans le secteur du stade Canac.

Carte satellite du tracé du tunnel ainsi que des différentes sorties.

Les usagers des transports en commun pourront sortir à Desjardins, au quai Paquet, dans le Petit Champlain, à la place D'Youville, au jardin Jean-Paul-L'Allier ainsi qu'au pôle d'échange Saint-Roch

Photo : Radio-Canada / Google Earth

L'objectif est de se connecter au réseau de tramway de la capitale, ce qui était impossible avec le premier tracé. Le gouvernement souhaiterait inciter le plus possible les gens à prendre le transport en commun.

« On a fait rire de nous en disant que le 3e lien est bon pour l’environnement, nos adversaires ne pourront plus dire ça », a souligné une source caquiste.

Le coût du projet serait semblable à celui envisagé dans le secteur de l'île d'Orléans.

Tracé central

Déjà en juin, le ministre des Transports, François Bonnardel, parlait de l'évaluation d'un « tracé central ».

« Je souhaite démontrer aux Québécois, hors de tout doute, que le tracé du futur tunnel sera celui qui répond le mieux aux trois objectifs du projet, soit de réduire la congestion aux heures de pointe, de favoriser l’utilisation du transport collectif et d’optimiser le transport des marchandises », avait alors déclaré le ministre.

Ballon d'essai, dit Québec solidaire

Pour Québec solidaire, la composante de transport en commun de la nouvelle mouture est bien accueillie.

Le problème, soutient la députée de Taschereau Catherine Dorion, ce sont les automobiles.

« Ça ne rentre pas plus dans le centre-ville de Québec plus d'autos à l'heure du trafic. Essayez de monter la basse-ville à la colline parlementaire à 8 heures! » a-t-elle déclaré.

Catherine Dorion commente le nouveau tracé du 3e lien

Les inquiétudes de l'île d'Orléans

Le scénario qui était jusqu'à présent privilégié pour traverser le fleuve Saint-Laurent est complexe.

Un projet qui présentait un degré de complexité et de difficulté jamais vu, selon l'expert mandaté par le gouvernement libéral en 2016 pour étudier la question.

Le site « présente des particularités qui rendent le projet vraiment complexe », avait affirmé Bruno Massicotte, professeur à Polytechnique Montréal et ingénieur spécialisé en structures, en juillet 2019.

Avec les informations de Sébastien Bovet, Martine Biron, Olivier Lemieux et Marc-Antoine Lavoie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Politique provinciale