•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La transmission interhumaine du coronavirus inquiète l'OMS

La chaîne de transmission du nouveau coronavirus qui frappe la Chine peut encore être « interrompue », croit un expert de l'OMS, mais « le monde entier doit rester en alerte » et « agir ».

Un barrage routier en Chine.

Les autorités chinoises fouillent minutieusement les voitures qui franchissent des barrages établis à la sortie de Wuhan, l'épicentre de l'épidémie.

Photo : Reuters / Martin Pollard

Radio-Canada

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) réunira de nouveau son comité d’urgence, jeudi, afin de déterminer si l'épidémie doit être considérée comme une urgence de santé publique de portée internationale.

Même si seulement 1 % des cas du nouveau coronavirus ont été enregistrés à l’extérieur de la Chine, une transmission interhumaine a été enregistrée dans 3 pays en dehors de la Chine , a expliqué son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

De tels cas ont été enregistrés au Vietnam, en Allemagne et au Japon.

Le comité d'urgence de l'OMS, composé de 16 experts provenant de partout dans le monde, a refusé de déclarer l'urgence au niveau international à deux reprises la semaine dernière.

Bien que les chiffres en dehors de la Chine soient encore relativement faibles, ils sont susceptibles de donner lieu à une épidémie bien plus large.

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS
Gros plan sur un homme à lunettes qui parle.

Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'un point de presse sur le coronavirus à Genève.

Photo : afp via getty images / FABRICE COFFRINI

Le Dr Tedros et le directeur des programmes d'urgence de l'OMS, le Dr Michael Ryan, ont par ailleurs rencontré les journalistes mercredi à Genève, au retour d’un séjour éclair en Chine, où l’épidémie a tué 170 personnes et en a contaminé environ 7700 autres.

Les deux médecins ont louangé la réaction décisive du gouvernement chinois dans ce dossier. Pékin a d'ailleurs accepté que des experts internationaux associés à l'OMS viennent lui prêter main-forte dans leur combat contre l'épidémie, a révélé le Dr Ryan.

J'ai été très encouragé et impressionné par la connaissance détaillée que le président a de l'épidémie et par son implication personnelle. C’est pour moi un véritable leadership.

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS

Ils méritent beaucoup de crédit pour leur réponse et leur transparence, a indiqué le Dr Ryan. Ils prennent des mesures extraordinaires face à ce qui constitue un défi extraordinaire.

Selon lui, il n'y a aucune comparaison possible entre la façon dont la Chine a répondu à l'épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) en 2002-2003, et la façon dont elle a réagi cette fois.

Grâce à cette réponse, nous pensons que les chaînes de transmission [du coronavirus] peuvent encore être interrompues, a encore dit le Dr Ryan, mais le monde entier doit rester en alerte et agir.

L'agence onusienne se prépare par ailleurs à mettre sur pied un système pour consigner toutes les données recueillies par ses partenaires internationaux, a indiqué Maria Van Kerkhove, responsable intérimaire de l’unité de maladies émergentes de l'OMS.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

International