•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Disquaires : face au tollé, Montréal prolonge les heures d’ouverture

Le magasin Phonopolis, sur la rue Bernard, dans le quartier Mile-End.

Le magasin Phonopolis, sur la rue Bernard, dans le quartier Mile-End.

Photo : Facebook / Phonopolis

Charles Rioux

En décembre dernier, plusieurs disquaires de Montréal ont reçu des amendes salées pour être restés ouverts trop tard durant la fin de semaine. Ils dénonçaient alors l’injustice de la loi, qui permettait à certains types de commerce d’être exemptés de l’obligation de fermer à 17h. Leur cri du coeur a visiblement été entendu puisque les heures d’ouverture seront prolongées à partir du printemps, a annoncé la mairesse Valérie Plante.

« Bonne nouvelle ! Dès ce printemps, la Ville de Montréal prolongera les heures d’ouverture des disquaires. Nous allons aussi convier les commerçants et les arrondissements pour voir à assouplir les règles entourant les horaires. Il faut savoir s’adapter et c’est ce que nous faisons ! » a-t-elle expliqué sur son compte Facebook.

La décision risque de réjouir plusieurs propriétaires de petits commerces comme le Phonopolis, sur la rue Bernard dans le Mile End, qui vend principalement des vinyles neufs et usagés.

Rappelons que Nick Kirschner, copropriétaire du magasin, affirmait avoir reçu début décembre une amende de 2900$ pour deux infractions survenues en avril 2019, alors que la boutique était restée ouverte après 17 h. Les boutiques Sonorama, Death of Vinyl et La Rama avaient également été mises à l'amende pour la même raison.

La facade du magasin de disques Sonorama, sur la rue Bernard, dans le quartier Mile End.

La facade du magasin de disques Sonorama, sur la rue Bernard, dans le quartier Mile End.

Photo : Facebook / Sonorama

Une loi injuste

La loi québécoise qui régit les heures d’ouverture permet à certains types d’entreprises d’être exemptées, notamment les restaurants, les librairies et les boutiques qui vendent principalement des œuvres d’art ou des antiquités.

Toutefois, cette exemption ne s'applique pas aux magasins de disques, qui vendent principalement des vinyles neufs et usagés, ainsi que des livres et des magazines.

Québec renvoie la balle à Montréal

Questionné par le journal Métro la semaine dernière, le ministère de l’Économie et de l’innovation avait rappelé que la Ville dispose des pouvoirs pour décider elle-même des heures d’ouverture des commerces sur son territoire et qu’il suffisait qu’elle modifie son règlement.

« Dans ce sens, nous visons déposer un projet de règlement en avis de motion et le soumettre pour adoption au conseil municipal ce printemps.

La Ville de Montréal compte adopter un règlement qui permettra aux disquaires de prévoir des heures d'admission différentes de celles prévues par la Loi sur les heures et les jours d'admission dans les établissements commerciaux, au même titre que les libraires, par exemple.

Aucune restriction ne leur serait ainsi imposée en termes d'heures d'admission » explique Fabienne Papin, relationniste de la ville contactée par Radio-Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Musique

Arts