•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Université de Victoria adopte une politique d'investissement responsable

Le campus de l'Université de Victoria.

La nouvelle politique s'applique au fonds d'investissement de 225 millions de dollars de l’Université de Victoria (UVic).

Photo : Radio-Canada / Megan Thomas/CBC

Radio-Canada

Le conseil des gouverneurs de l'Université de Victoria (UVic) vote en faveur d’une « politique d'investissement responsable » pour réduire ses placements dans des entreprises actives dans l'extraction de combustibles fossiles.

La nouvelle politique réduira les émissions de carbone de 45 % d'ici 2030 pour l'ensemble du portefeuille de 225 millions de dollars, selon l’Université.

Elle prévoit de se départir de ses placements dans des entreprises à forte émission de carbone, quel que soit leur secteur d'activité. Cela comprend l'industrie des énergies fossiles, mais aussi des entreprises dont les émissions de gaz à effet de serre sont causées par le comportement des consommateurs, la déforestation et l'industrialisation, explique la vice-présidente aux finances, Gayle Gorrill.

Nous pensons que c'est une approche beaucoup plus globale parce que nous examinons toutes les sociétés, pas seulement les sociétés de combustibles fossiles.

Gayle Gorrill, vice-présidente aux finances de l'UVic

Une politique « insuffisante »

Les membres du groupe environnemental Divest UVic ont manifesté, mardi, contre la politique, qui à leurs yeux ne va pas assez loin et ne reflète pas les valeurs de la population universitaire.

Plutôt que de cibler les pratiques de consommation, l'Université doit simplement supprimer tous les investissements dans l'industrie des combustibles fossiles, estime une organisatrice de Divest UVic, Juliette Watts.

Elle tente de faire croire qu'elle s'attaque à la crise climatique, mais en réalité, elle ne changera probablement pas beaucoup ses placements et la politique proposée n’aura pas vraiment d’effets, croit-elle.

Ailleurs

Le conseil des gouverneurs de l'Université Simon Fraser a voté, en novembre dernier, pour réduire ses investissements dans les combustibles fossiles de 45 % d'ici 2025 pour son fonds de dotation de 400 millions de dollars.

En novembre 2019, l'Université de la Colombie-Britannique a voté en faveur du transfert de 380 millions de dollars de son fonds de dotation de près de 2 milliards de dollars, qui iront vers un « fonds durable ».

L’Université Concordia, à Montréal, et l’Université de Californie se sont récemment engagées à céder la totalité de leurs fonds destinés aux combustibles fossiles.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Environnement