•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 98 000 fonctionnaires fédéraux devraient de l'argent à cause de Phénix

Une image noir et rouge avec un signe de dollar qui représente le système de paye Phénix.

Le système de paye Phénix

Photo : Radio-Canada / Isabelle Plamondon

La Presse canadienne

Plus de 98 000 fonctionnaires fédéraux pourraient encore devoir rembourser au gouvernement des sommes que le système de paye Phénix leur a versées en trop.

Le gouvernement a révélé l'estimation cette semaine dans une réponse écrite à une question de l'opposition conservatrice. Ottawa n'a pu préciser par ailleurs combien de fonctionnaires attendent toujours de recevoir certaines sommes dues, ni la valeur de ces sommes.

Des dizaines de milliers de fonctionnaires fédéraux ont été touchés par les ratés du système électronique de paye depuis son lancement au début de 2016. Certains n'ont pas reçu assez, d'autres ont trop reçu, et certains encore n'ont pas été payés du tout, parfois pendant des mois.

Et ces problèmes persistent, malgré l'embauche de centaines de spécialistes de la rémunération appelés à la rescousse pour résoudre l'arriéré de dossiers.

Le Centre des services de paye de la fonction publique fédérale traînait toujours un arriéré d'environ 202 000 plaintes au 24 décembre dernier, contre 214 000 en novembre.

Des sommes de plus d'un millier de dollars

En réponse à une question inscrite au feuilleton par le député conservateur Kerry Diotte, le secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement a déclaré aux Communes qu'en date du 5 décembre, environ 98 249 fonctionnaires devaient potentiellement de l'argent au gouvernement à la suite d'un trop-payé.

Steven MacKinnon a aussi déclaré que la valeur médiane de ce que les fonctionnaires devaient au gouvernement était de 1383 $. Ce qui signifie que 50 % des employés doivent plus et 50 % doivent moins.

M. MacKinnon a toutefois déclaré que le gouvernement ne pouvait pas dire combien de fonctionnaires précisément avaient été sous-payés.

Le gouvernement ne peut pas non plus préciser les montants les plus élevés des trop-payés et des manques à gagner, car le système ne peut pas calculer automatiquement de telles données, a expliqué M. MacKinnon.

Pour protéger la vie privée du fonctionnaire concerné, le montant du paiement en trop le plus élevé ne sera pas divulgué, a-t-il poursuivi.

Le secrétaire parlementaire de la ministre Anita Anand a par ailleurs souligné que le nombre de trop-payés incluait aussi les trop-payés administratifs, par exemple une rémunération intérimaire versée lorsqu'un employé travaille dans une classification supérieure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale