•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meurtre à Sainte-Foy : l’accusé s’est arrêté dans un bar avant de se livrer à la police

Scène de crime devant un hôtel de Québec, en hiver.

Le corps de Marylène Levesque a été retrouvé dans cet hôtel du secteur de Sainte-Foy.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Tanguay

Louis Gagné

Le suspect du meurtre d’une femme de 22 ans survenu mercredi dernier dans le secteur de Sainte-Foy, à Québec, a pris le temps de s’arrêter dans un bar avant de se livrer aux policiers. Eustachio Gallese en a profité pour payer des tournées et jouer sur des appareils de loterie vidéo.

Cloey Lachance travaille comme serveuse dans un bar situé à proximité de la maison de transition où résidait le suspect. Elle raconte que l'homme de 51 ans s’est rendu dans l’établissement vers 22 h, mercredi soir, et qu’il y est resté environ une heure.

C'est la première fois que je le voyais. C'est un gars super nice à qui j'ai parlé. Tsé, il me l'avait dit, qu'il allait en prison, mais je n'ai pas osé demander pourquoi il y allait, confie Cloey en entrevue à Radio-Canada.

Il a consommé environ trois grosses Bud avec trois "shots" de vodka [...] puis il a payé plusieurs tournées de 40 à 50 $.

Cloey Lachance, serveuse

Afin de ne pas permettre d’identifier la maison de transition où vivait Eustachio Gallese, nous avons choisi de ne pas indiquer le nom de l’établissement où travaille Cloey.

Photographie de Marylène Levesque. Elle a les cheveux roses et porte un pull noir.

La victime, Marylène Levesque, était âgée de 22 ans.

Photo : Facebook/Marylène Levesque

Le bar en question se situe dans l’est du territoire de la ville de Québec, à environ 15 kilomètres de l’endroit où Marylène Levesque a été assassinée.

Confession

Le corps de la jeune femme, une employée d’un salon de massage érotique, a été retrouvé à l’Hôtel Sépia, situé sur le chemin Saint-Louis, près des ponts.

Vers 23 h 30 mercredi, Eustachio Gallese s’est rendu à la centrale du parc Victoria, au centre-ville de Québec, afin de se livrer aux policiers, à qui il a confessé le meurtre de Marylène Levesque.

Cloey Lachance en entrevue à Radio-Canada à l'extérieur, en hiver

Cloey Lachance travaille comme serveuse dans un bar où Eustachio Gallese s’est arrêté, mercredi soir, avant de se livrer aux policiers.

Photo : Radio-Canada

Selon Cloey Lachance, le comportement d’Eustachio Gallese n’avait rien de suspect lorsqu’il s’est présenté au bar. L’homme n’avait pas de blessure apparente et n’était pas violent.

Je n'aurais pas pu croire que c'était un meurtrier [...] Il parlait comme une personne normale, qui viendrait à un bar prendre une bière puis qui joue aux petites machines un mercredi soir, précise la serveuse.

« Ç’aurait pu m'arriver »

La jeune femme avoue avoir eu un choc lorsqu’elle a appris qu’Eustachio Gallese aurait commis un meurtre quelques instants seulement avant de se rendre à l’établissement où elle travaille.

Sur le coup, j'ai appelé ma mère puis je capotais. C'est impossible que ça m'arrive à moi [...] Qui sait, si j'étais allée fumer dehors avec lui, ç’aurait pu m'arriver.

Cloey Lachance, serveuse
Eustachio Gallese à la sortie de la centrale de police Victoria, à Québec.

Eustachio Gallese a été accusé du meurtre de Marylène Levesque.

Photo : Radio-Canada

L’employée du bar mentionne que cet événement lui a rappelé que les apparences étaient parfois trompeuses.

Ce n’est pas parce que quelqu'un te donne beaucoup d'argent et qu'il parle avec toi que c'est une bonne personne pour autant. J'ai vraiment appris de ça, assure Cloey Lachance.

Eustachio Gallese, qui avait été reconnu coupable du meurtre de sa conjointe en 2006, était en semi-liberté depuis le mois de mars 2019.

Il lui était interdit de consommer de l’alcool et de se trouver dans un bar.

Avec les informations d’Alexandra Duval

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Québec

Crimes et délits