•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marc-André Bergeron à la porte des Jeux olympiques en taekwondo

Marc-André Bergeron en action à l'Open du Canada de taekwondo

Photo : Nicolae Buceatchi

Guillaume Piedboeuf

Marc-André Bergeron peut presque toucher à son rêve olympique. Ayant manqué les Jeux de Rio par un tout petit point, en 2016, le taekwondoïste de Québec sait bien que le plus difficile reste à faire.

Le combattant de 28 ans a réussi plusieurs étapes dans les derniers mois en route vers les Jeux de Tokyo à l'été 2020.

Il se devait d’abord d’être parmi les deux Canadiens les mieux classés de son sport, toutes catégories de poids confondues, pour qu'une sélection nationale ait lieu dans sa division. Son 22e rang mondial chez les plus de 80 kg a fait l’affaire.

Puis, il a dû remporter le tournoi de sélection canadien, il y a une dizaine de jours. Je n’avais pas le droit à l’erreur et il y avait des adversaires de niveau très relevé. Des gars de Québec, notamment, dont du club ici, relate le gentil géant de 1,98 m, après un entraînement dans les sous-sols du PEPS de l'Université Laval.

C’est qu’ayant vu passer les athlètes olympiques François Coulombe-Fortier, Karine Sergerie et Sébastien Michaud, ces 15 dernières années, le club de Sainte-Foy est sans contredit une puissance nationale du taekwondo.

Qu’à cela ne tienne, Marc-André Bergeron n’a pas fait de quartier à ses partenaires d’entraînement et le voilà qui s’envolera vers le Costa Rica, début mars, pour son deuxième tournoi de qualification panaméricain.

Marc-André Bergeron se concentre avant un combat à l'Open canadien de taekwondo

Marc-André Bergeron avant un combat à l'Open canadien de taekwondo à Montréal

Photo :  Nicolae Buceatchi

Le tout pour le tout

Des 12 à 16 athlètes présents, les deux finalistes seulement obtiendront leur billet pour Tokyo. Les autres retourneront à la maison et devront décider s’ils embarquent dans un autre cycle olympique de quatre ans, dans l’espoir de réaliser leur rêve.

Ce fut le cas de Marc-André Bergeron après sa défaite en demi-finales du même tournoi, par un point, en 2016.

C’était un combat crucial et très serré contre un Américain. Le gagnant allait aux Jeux, le perdant passait à côté. Après la défaite, je dirais que ça a pris un 24 heures à me relever, mais ensuite je l’ai vraiment pris comme une motivation supplémentaire.

Marc-André Bergeron

Quatre ans plus tard, il se décrit comme un athlète changé autant mentalement que physiquement.

Je suis une autre personne sur le plateau, dans ma préparation et mon éthique de travail, décrit-il.

Son entraîneur, le réputé Alain Bernier, est du même avis. Il est plus mature, plus calme et plus en contrôle de son corps, assure-t-il, estimant que son protégé est le combattant le plus rapide au monde dans sa division.

Un défi de taille

Le défi sera toutefois de taille alors que le champion du monde en titre, le Cubain Rafael Alba, et le vice-champion du monde, le Mexicain Carlos Sansores, seront tous deux du tournoi de qualification panaméricain. Marc-André Bergeron devra vraisemblablement vaincre l’un des deux pour accéder à la finale et aux JO.

Alain Bernier en entrevue

Alain Bernier a guidé plusieurs combattants jusqu'aux Jeux olympiques

Photo : Radio-Canada

Le Québécois se dit prêt à combattre n’importe qui, y compris Alba qu’il a affronté pour la dernière fois il y a sept ans aux mondiaux. On était tous les deux plus légers et beaucoup plus jeunes. Ça va être un combat chaud et relevé si on se rencontre avant la finale.

On sait qu’il est dans les quatre meilleurs de la division. Après, ça va se passer sur le tapis, poursuit Alain Bernier, qui est déjà à l’étude des adversaires potentiels de son poulain.

Au club de taekwondo de Sainte-Foy, Marc-André Bergeron a vu plusieurs de ses prédécesseurs atteindre les Jeux . Ces athlètes olympiques, c’était mes partenaires d’entraînement quand j’ai commencé. Ce serait une très grande fierté de réussir à atteindre ce même niveau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Taekwondo

Sports