•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Malartic veut reprendre des dizaines de terrains à un entrepreneur en construction

Des maisons en construction, l'hiver.

Les terrains où aucune résidence n'a encore été construite sont ceux visés par la Ville de Malartic. (archives)

Photo : Radio-Canada

Thomas Deshaies

La Ville de Malartic a amorcé des démarches afin de reprendre possession de dizaines de terrains qu’elle avait vendus en 2018 à l’entreprise Construction Rénovation Harricana. La Ville affirme que l’entreprise est en défaut de paiement.

La Ville de Malartic avait vendu une trentaine de terrains à un entrepreneur afin qu’il puisse construire de nouvelles résidences dans la ville. Construction Rénovation Harricana s’était engagée à faire six versements de plus de 100 000 $ à la municipalité jusqu’en 2021 pour acquérir les lots.

Construction Rénovation Harricana n’a pas honoré ses paiements. Dans notre contrat, on s’était bien protégé. On avait mis une clause qu’au premier défaut de paiement, on récupère les terrains, explique le maire de Malartic, Martin Ferron.

Selon la direction générale de la Ville, un préavis a été donné à l’acheteur au printemps dernier et un mandat a été confié à une firme externe pour officialiser la reprise des terrains. Le processus est toujours en cours. M. Ferron se désole de cette situation. C’est dommage parce qu’il y avait quand même eu plusieurs bâtiments qui ont été élevés sous l’égide de ce constructeur-là. Plus d’une quinzaine ont été construits, explique-t-il.

Une entreprise qui suscite la grogne

En février 2019, le directeur des opérations de Construction Rénovation Harricana, Claude Charron, faisait parler de lui en raison du mécontentement de plusieurs de ses clients qui dénonçaient ses pratiques. Ceux-ci déploraient notamment que les maisons neuves livrées avaient des vices de construction ou des échéances non respectées.

M. Charron était le représentant de l’entreprise lors de l’achat de la majorité des terrains à la Ville de Malartic, bien que sa conjointe soit la seule membre du conseil d’administration, selon le Registraire des entreprises du Québec.

Notre enquête avait permis de démontrer l’hiver dernier que Construction Rénovation Harricana n’a jamais eu légalement le droit de construire des maisons neuves, puisqu’elle ne possédait pas les licences appropriées à la Régie du bâtiment du Québec ou d’accréditation de l’organisme Garantie de Construction résidentielle (GCR). La municipalité a donc vendu des terrains à un promoteur pour qu’il construise des maisons neuves, sans qu’il ne soit autorisé à le faire.

L'hôtel de ville de Malartic.

L'hôtel de ville de Malartic

Photo : Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

Le maire de Malartic affirme que les besoins dans sa municipalité sont grands et estime qu’il y a une relève pour poursuivre le développement immobilier. On est en pénurie, on est en crise du logement sévère à Malartic, souligne-t-il. Il précise qu’une autre entreprise, soit Construction Boréal Abitibi, est intéressée à construire de nouvelles habitations à Malartic et a déjà complété un premier bloc à logements multiples.

Claude Charron a refusé notre demande d’entrevue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Politique municipale