•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Fédération québécoise des municipalités inquiète face à la réforme du mode de scrutin

Jacques Demers, président  de la Fédération québécoise des municipalités.

Jacques Demers, président de la Fédération québécoise des municipalités.

Photo : Radio-Canada

Le projet de réforme du mode de scrutin du Gouvernement Legault amène plus de questions que de réponses, estime le président de la Fédération québécoise des municipalités, Jacques Demers.

Le principal questionnement tourne autour du rôle des députés régionaux, selon lui.

La réforme prévoit un redécoupage de la carte électorale en 80 circonscriptions et 17 régions électorales.

On aura un territoire beaucoup plus grand et on aura un député qui proviendra de la liste et qui aura le même rôle que le député élu dans une circonscription. On se demande si on devra expliquer nos dossiers municipaux à deux personnes qui, elles, vont le porter à l’Assemblée nationale?

Jacques Demers, président de la Fédération québécoise des municipalités

La FQM partage ainsi sensiblement les mêmes préoccupations que plusieurs élus de l’Est-du-Québec.

M. Demers s’inquiète également du poids qu’auront les députés de liste par rapport aux députés de circonscription.

Il demande que le gouvernement Legault profite du référendum sur le mode du scrutin, prévu en même temps que les prochaines élections provinciales en 2022, pour s’assurer que la population comprenne bien le projet de réforme.

Lors d’un référendum, on aura des explications. Ce qui est important, c’est que les gens auront la chance d’en discuter et ce sera le moment de voir s’ils adhèrent ou non à la réforme, affirme M. Demers, qui est aussi maire de Sainte-Catherine-de-Hatley, en Estrie.

Les représentants de la FQM ont fait part de leurs préoccupations à la ministre responsable de la réforme du mode de scrutin, Sonia Lebel, cet automne, indique M. Demers.

Je pense qu’il y a des points sur lesquels nous avons été entendus, notamment le nombre de régions. Maintenant, ce qu’il faut voir, c’est la façon de faire, l’application sur le terrain, conclut-il.

Sonia LeBel a déposé son projet de loi sur la réforme du mode de scrutin à l’Assemblée nationale le 25 septembre 2019.

D'après une entrevue à l'émission Bon pied, bonne heure!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !