•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Beauchamp, l'histoire d'une terre d'accueil francophone oubliée

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Six hommes se tiennent debout devant un magasin général dans les années 1900.

Le magasin J.P. Beauchamp and Company à Qu'Appelle vers 1903. M. Beauchamp est debout devant la porte. Joe Longpré est à l’extrême droite. Le magasin a brûlé en 1958.

Photo : Archives de la Saskatchewan

Radio-Canada

En Saskatchewan, de nombreux villages fondés par des francophones au début du 20e siècle ne figurent plus sur les cartes. Ils ont disparu, ne laissant derrière eux que de bons souvenirs. Cette semaine, l’historien Laurier Gareau revient sur l'histoire du village de Beauchamp.

Le village de Beauchamp

Situé dans la région de Spalding, le village de Beauchamp est devenu, en 1904, le berceau de la famille Beauchamp puis plus tard, celui des familles Lemaire et Amery, originaires de France. Beauchamp a également attiré un grand nombre de familles métisses des États-Unis, souligne l’historien Laurier Gareau. C’est notamment le cas des familles Morin, Frachette, Bouchard, Brandamores (Brindamour), Lépine, Pilon, Marion, Fortin et Perron.

En décembre 1906, un dénommé J.D. Beauchamp a ouvert le bureau de poste situé sur la route 6, à une vingtaine de kilomètres au nord de la communauté de Watson. Cependant, au même moment, un autre bureau de poste nommé Spalding ouvre ses portes, à environ six kilomètres à l’est de Beauchamp, raconte Laurier Gareau. Cela voulait dire qu’un des deux serait voué à fermer ses portes dans un avenir assez rapproché, raconte Laurier Gareau.

Selon l’historien, la construction d’un chemin de fer qui passait tout près du bureau de poste de Spalding, vers 1920, a finalement entraîné la disparition du bureau de poste de Beauchamp la même année.

Une carte qui situe le cimetière de Beauchamp tout près de Spalding en Saskatchewan

Le cimetière de Beauchamp est situé à 3 kilomètre au nord-est de Spalding.

Photo : Radio-Canada

Les familles métisses bien présentes

Bon nombre de familles métisses en provenance des États-Unis ont laissé leur empreinte sur le village de Beauchamp au fil des ans, dont celle de Pierre Perron, le grand-père de l’ancienne archiviste francophone, Marie-Louise Perron.

Les vestiges des prairies

Ayant acquis une maison dans le village en 1913, Pierre Perron a incité toute sa famille à venir le rejoindre au cours de l’année suivante, mais leur arrivée en territoire saskatchewanais ne s’est pas faite sans peine. Pour survivre, le grand-père de Marie-Louise Perron a obtenu, en 1916, son certificat pour travailler sur les locomotives, explique Laurier Gareau.

Plus d’une dizaine d’années plus tard, en 1930, c’était au tour de Gérard Perron, le père de l’archiviste francophone, de s’enraciner en Saskatchewan en achetant à son tour une propriété dans le village.

Une plaque commémorative et une croix en bois marque l'emplacement du cimetière de Beauchamp

Une plaque commémorative de la paroisse de Beauchamp est érigé à la mémoire de ses fondateurs

Photo : Ron Isherwood

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !