•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des parents d'élèves de la DSFM discutent des besoins spécifiques des familles LGBTQ

Un drapeau arc-en-ciel dans un pot de crayons.

Au total, environ 40 parents et enfants ont pris part à la rencontre.

Photo : iStock / Carlos Alberto Kunichek

Laïssa Pamou

Des parents francophones se sont rencontrés, lundi, à l’École Taché, à Winnipeg, afin de déterminer les besoins spécifiques des familles LGBTQ.

La coordonnatrice du Centre de la petite enfance et de la famille (CPEF) de l'École Taché, Linda Racicot, explique que cette initiative est née d’une volonté de l’administration d’apprendre des choses de la part des parents de familles LGBTQ et de mieux adapter les services qui leur sont offerts.

La réunion a permis une ouverture à la discussion , dit-elle.

Elle indique que les besoins de ces familles sont importants et déplore le manque de ressources en français. Selon elle, il y a beaucoup de ressources en anglais, mais presque aucune en français.

Pour répondre aux besoins des familles LGBTQ, les écoles, les centres de la petite enfance et les enseignants doivent intégrer les spécificités LGBTQ dans la conception de tout ce qui entoure la vie éducative des enfants, souligne la coordonnatrice.

Un enfant qui va à la garderie et qui a deux mamans, par exemple, si on fait un bricolage pour la fête des mamans, peut-être on devrait faire deux bricolages pour lui.

Linda Racicot, coordonnatrice du Centre de la petite enfance et de la famille de l'École Taché

Elle précise que le choix des manuels éducatifs doit tenir compte des familles LBGTQ et que les responsables doivent s’assurer que les enfants issus de ces familles se sentent inclus dans les représentations visuelles.

Au total, environ 40 parents et enfants ont pris part à la rencontre de lundi. Selon Mme Racitot, de nombreux parents ne se sentent pas encore suffisamment à l’aise pour participer à des réunions publiques.

Ils ne veulent pas que leurs enfants ou leurs proches soient stigmatisés en raison de leur appartenance ou de leur orientation sexuelle, dit Mme Racicot, qui aimerait organiser d’autres réunions pour continuer la discussion amorcée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Communauté LGBTQ+