•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un stimulateur relié au cerveau pour lutter contre la dépression

La moitié des patients qui l’ont testé ont vu leurs symptômes diminuer. 

Une maquette de cerveau en plastique.

Les impulsions électriques sont envoyées dans la région du cerveau régulant les émotions.

Photo : Radio-Canada

Émilie Vast

L’Université de Calgary a mis au point un dispositif permettant de stimuler le cerveau de personnes souffrant de dépression.

Chez 10 % des personnes souffrant de dépression, les traitements médicaux existants sont inefficaces, explique Rajamannar Ramasubbu, professeur dans les départements de psychiatrie et de neurosciences cliniques de l’université.

Le nouveau dispositif, élaboré par l’établissement depuis quelques années, leur est destiné.

Le professeur Ramasubbu pointe du doigt la région du cerveau concernée.

Un générateur implanté dans la poitrine envoie des impulsions électriques à une électrode placée dans le cerveau.

Photo : Radio-Canada

C’est comme un stimulateur cardiaque.

Rajamannar Ramasubbu, professeur à l’Université de Calgary

Cela fonctionne comme un stimulateur cardiaque, mais pour le cerveau. Un générateur placé dans la poitrine du patient est relié à une électrode implantée dans le cerveau. Le générateur envoie des impulsions électriques, en continu, pour stimuler la région cérébrale chargée de réguler les émotions. 

La dépression est causée par des anomalies dans le circuit neuronal. Les impulsions électriques aident les neurones à mieux communiquer entre eux , explique le professeur.

Étude clinique

La procédure est invasive, de nombreux cliniciens hésitent à la prescrire, reconnaît M. Ramasubbu. Une vingtaine de personnes ont cependant accepté de tester le dispositif au cours d’une étude clinique.

Beth MacKay montre sa ciciatrice.

Beth MacKay s'est fait implanter le dispositif de stimulation il y a quatre ans.

Photo : Radio-Canada / Émilie Vast

Parmi elles figure Beth MacKay dont la dépression a été diagnostiquée à l'âge de 17 ans. Elle a tenté de se suicider. J’ai consulté des dizaines de thérapeutes, j’ai essayé toutes sortes de traitements, mais rien n’a jamais fonctionné, raconte-t-elle. 

Le dispositif expérimental a été implanté il y a quatre ans. Après l’opération, elle a vu son état s’améliorer au bout de 4 mois. 

Aujourd’hui, la femme de 31 ans se réjouit de vivre une vie de plus en plus normale. Elle est heureuse de travailler, quand, auparavant quelque chose d’aussi simple que sortir du lit ou se doucher [lui] paraissait insurmontable.

Des résultats encourageants

La moitié des participants ont répondu de façon positive à la stimulation, avec une réduction de 50 % de leurs symptômes , souligne le professeur Ramasubbu. Pour 30 % d’entre eux, l’amélioration a même été supérieure à ce chiffre. 

Un dispostif de stimulation électrique.

Le dispositif de stimulation cérébrale est encore à l'étude.

Photo : Radio-Canada

Toutefois, ce traitement est toujours l'étape de la mise au point . Nous cherchons à savoir quelle stimulation est optimale et quels patients exactement pourraient bénéficier de ce dispositif , précise-t-il

Durant l’étude clinique, les participants étaient âgés de 20 à 70 ans. Les plus jeunes ont été plus réceptifs au traitement. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !