•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse du nombre d'employés provinciaux bilingues au Manitoba

Une affiche où s'est écrit english français avec une icône d'un homme devant un bureau.

Au Manitoba, pour l'année 2018-2019, le nombre de postes bilingues est en baisse. mais le nombre de titulaires bilingues occupant des postes désignés ou non est en hausse (archives).

Photo : Radio-Canada

Le nombre d'employés de la province qui se disent capables de fournir des services en français est en hausse. C’est ce qu’indique le rapport annuel sur les services en français au Manitoba, présenté lundi par la ministre aux Affaires francophones, Rochelle Squires.

D’après ce rapport, leur nombre augmente de 20 %. Le nombre total de fonctionnaires des entités publiques capables de fournir des services en français est passé de 1214, en 2017-2018, à 1459, en 2018-2019.

Selon le rapport, cette croissance s’explique en partie par des données plus complètes sur des employés bilingues qui occupent des postes qui n'ont pas la désignation officielle. Ils sont 927 en 2018-2019, contre 670 l’année précédente.

Cependant, la capacité bilingue des ministères, c’est-à-dire les titulaires bilingues occupant des postes désignés comme tels ou non au sein des ministères, a diminué de 9 %. Les employés étaient 785 en 2017-2018, et 715, en 2018-2019.

Le document explique que cela ne reflète pas une réduction du nombre de postes désignés comme bilingues, mais l’inexactitude des statistiques des années précédentes.

Un certain nombre de postes désignés comme bilingues ont été comptés en double dans les situations de transfert de directions ou de divisions d’un ministère à un autre (les postes désignés comme bilingues correspondants n’ont pas été supprimés des statistiques du précédent ministère).

Le nombre de ces postes bilingues était de 677 en 2018-2019, contre 723 en 2017-2018. Dans les ministères, celui de l’Éducation et de la Formation compte 22 postes en moins. Celui de la Justice en compte 5 en moins et le ministère de la Santé, 1. Tous ces postes ne sont pas pourvus par des employés bilingues.

Le portrait général de la capacité bilingue du Manitoba est donc positif, avec une tendance à la baisse du nombre de postes désignés comme bilingues occupés par des titulaires non bilingues et à la hausse du nombre d’employés qui se disent bilingues et disposés à fournir des services en français , dit le rapport.

« Un pas vers l’avant »

Devant des représentants de la communauté francophone du Manitoba, la ministre Rochelle Squires a expliqué les efforts faits par son ministère, tout en proposant des pistes d'amélioration pour les années à venir.

La ministre a indiqué que, pour l’année étudiée, le secrétariat a traité 22 plaintes officielles, contre 23 en 2017-2018.

Parmi celles-ci, 3 ont été jugées irrecevables. Les autres portaient sur des erreurs dans une correspondance en français ou des services demandés en français et qui n’ont pas été reçus.

Rochelle Squires a appelé les personnes concernées à communiquer avec le secrétariat quand il y a un problème.

La vice-présidente de la Société de la francophonie manitobaine (SFM), Angela Cassie, estime que ce rapport représente un pas vers l’avant.

Ce qu’on a vu dans le rapport, c’est ce que la province peut faire pour nous assurer que ces plaintes sont utilisées pour apprendre, pour voir où sont les lacunes et pour développer des stratégies pour répondre, souligne la représentante de la SFM.

Pour élaborer des stratégies qui permettront d’améliorer les services axés sur l’offre active, le rapport fait 11 recommandations (voir l’encadré ci-dessous).

Le document préconise notamment d’augmenter les ressources et de donner du temps nécessaire aux employés pour rendre chaque document accessible dans les deux langues officielles. Il recommande aussi une plus grande sensibilisation des équipes aux avantages de la maîtrise du français.

Il y a une vraie volonté de travailler avec la communauté, ajoute Angela Cassie, qui qualifie ces recommandations d’ambitieuses. Nous sommes contents de prendre ce rapport en considération et de l’appuyer pour nous assurer que ces recommandations sont mises en œuvre au bénéfice de la communauté.

Les recommandations

  1. Mettre en oeuvre toutes les mesures de suivi relatives aux politiques internes, à la gouvernance ou aux ressources en matière de services en français en suspens.
  2. Rendre obligatoire la formation en ligne sur l’offre active et insister pour que les employés terminent leur formation avant la fin de la prochaine période de référence.
  3. S’assurer que les principes de base de l’offre active, comme la signalisation et les salutations, sont appliqués dans toutes les régions désignées, dans les bureaux qui desservent toute la province ainsi que dans les bureaux situés à l’intérieur ou à proximité de régions ayant une forte concentration de francophones.
  4. Sensibiliser les secteurs de programmes responsables des solutions informatiques et du soutien technique à l’importance d’acquérir des logiciels et des produits d’infrastructure informatique conçus pour permettre la mise en ligne d’un contenu bilingue et éviter la perte d’un contenu en français quand des modifications sont apportées au site web.
  5. Rendre tout document accessible dans les deux langues officielles en y consacrant plus de ressources et plus de temps.
  6. Effectuer un suivi et un dénombrement des employés qui se disent bilingues.
  7. Sensibiliser les employés aux avantages de maîtriser le français.
  8. Mettre en place des stratégies pour trouver plus de candidats bilingues en collaboration avec des organismes communautaires.
  9. Accorder une plus grande place à la promotion et au soutien des programmes de formation linguistique.
  10. Poursuivre les efforts pour établir des liens de consultations solides avec la communauté francophone, comme des journées de portes ouvertes, des forums, des rencontres.
  11. Établir des partenariats avec les centres de services bilingues autour de leurs activités de sensibilisation et de prestation de services.

Avec les informations de Mohamed-Amin Kehel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Services aux citoyens