•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois nouvelles accusations contre le présumé espion Cameron Ortis

Cameron Ortis, l'air sérieux, est photographié après avoir obtenu sa libération sous caution.

Cameron Ortis, un haut responsable de la GRC, est accusé d'avoir enfreint la loi sur les secrets canadiens.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a déposé trois nouvelles accusations contre le présumé espion Cameron Ortis, l'ancien directeur général du Centre national de coordination du renseignement de la police fédérale, qui est déjà soupçonné d'avoir voulu transmettre des informations à une entité étrangère ou à un groupe terroriste.

Ces accusations sont liées à la transmission non autorisée d'informations opérationnelles spéciales.

Selon Nathalie Houle, porte-parole du Service des poursuites pénales du Canada (SPPC), toutes ces nouvelles accusations découlent de la Loi sur la protection de l'information.

Les nouvelles accusations seront présentées en Cour supérieure de l'Ontario, sans enquête préliminaire.

M. Ortis avait déjà été accusé en septembre dernier; il est de nouveau attendu en cour mardi.

Les trois nouvelles accusations sont rattachées à la section 14 de la loi, qui précise ceci : Commet une infraction la personne astreinte au secret à perpétuité qui, intentionnellement et sans autorisation, communique ou confirme des renseignements opérationnels spéciaux.

Aux yeux de la commissaire Brenda Lucki, de la GRC, l'accusé, en raison du poste qu'il occupait, avait accès à des renseignements recueillis par les autorités canadiennes, mais aussi par des alliés à l'étranger.

Selon des documents dont la CBC a pu prendre connaissance dans la foulée de l'arrestation de l'accusé, les renseignements secrets que M. Ortis aurait été prêt à transmettre comprenaient certains des éléments les mieux protégés rattachés à la sphère de la sécurité nationale canadienne, et leur dissémination aurait menacé les relations d'Ottawa avec ses alliés.

Avec des informations de Catharine Tunney, de CBC News

À lire aussi :

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Justice et faits divers