•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le prix du café risque d'augmenter à cause des changements climatiques

Des gobelets de café sur un comptoir.

Des gobelets de café

Photo : Radio-Canada / Benoit Roussel

Colin Côté-Paulette

La production de café devrait s'avérer de plus en plus complexe notamment à cause des changements climatiques. Et si l'une des boissons les plus populaires du monde devait devenir plus rare, son prix augmenterait, selon des experts.

Dans les prochaines décennies, ça va être un problème, parce qu’il y a beaucoup de pression climatique sur presque toutes les zones caféières du monde et il y a beaucoup de pression économique sur les agriculteurs, résume Stuart McCook.

Le professeur en histoire de l’environnement à l’Université de Guelph a récemment publié un ouvrage sur cet enjeu. Le fruit de 15 ans de recherches.

M. McCook y dresse principalement l’historique de la rouille du caféier, ce champignon qui décime les récoltes des caféiculteurs d’Amérique latine depuis les années 1970.

Les caféiculteurs ont depuis appris à coexister avec la rouille, notamment en utilisant des fongicides et en créant des variétés de café résistantes au champignon, selon l’auteur.

Les producteurs doivent maintenant faire face à un nouvel obstacle : les changements de températures.

Les feuilles d'un caféier sont attaquées par la maladie de la rouille orangée.

Les ravages causés par la maladie de la rouille orangée sont probablement la cause de la vulnérabilité de la culture du café aux changements climatiques.

Photo : Radio-Canada / La semaine verte

La rouille est très sensible aux températures. Dans les zones où les températures sont plus froides, la rouille est moins grave, comme au Mexique, au Pérou et dans les hautes terres d’Amérique centrale. Avec les changements climatiques, ces terres deviennent plus sensibles à la rouille, explique M. McCook.

Pendant ce temps la demande mondiale pour le café augmente, principalement en Asie, selon le professeur.

Il y a un problème d’offre et de demande qui me laisse penser que les prix vont augmenter, soutient M. McCook.

Pas d'augmentation des prix immédiate

Pour le consommateur moyen toutefois, le prix du café ne risque pas d'augmenter de sitôt.

Le café demeure une récolte qui est vulnérable, mais pour l'instant, il n’y a pas d'indicateurs qui nous montrent que le café va augmenter drastiquement dans les 12 prochains mois, soutient le directeur du laboratoire en science analytique agroalimentaire de l’Université Dalhousie, Sylvain Charlebois.

Le professeur Sylvain Charlebois, scientifique du laboratoire en science analytique agroalimentaire de l'Université Dalhousie, à Halifax.

Le professeur Sylvain Charlebois, scientifique du laboratoire en science analytique agroalimentaire de l'Université Dalhousie, à Halifax

Photo : Sylvain Charlebois

Il estime que les prix au détail augmenteront à cause des choix logistiques des grandes compagnies avant tout.

Les consommateurs demandent aux entreprises d’être plus responsables quant à l’environnement et ça, ça coûte plus cher, croit M. Charlebois.

Selon les travaux de M. McCook, une épidémie de rouille causée par les changements climatiques entre 2007 et 2010 a fait diminuer la production du café colombien d’environ 30-40 %.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Windsor

Changements climatiques