•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvel ALENA : Ottawa met de la pression, le Bloc ouvre une brèche

Le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet.

« On reconnaît qu’à l’échelle canadienne, ce n’est pas un mauvais traité si on prend le Canada comme un seul ensemble, mais les compromis qui ont été faits pour obtenir le traité ont été faits sur le dos du Québec », soutient le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Yves-François Blanchet résiste, mais il a ouvert une brèche lors de la rentrée parlementaire de lundi. Alors que le gouvernement Trudeau entend mettre la ratification du nouvel accord de libre-échange à l'ordre du jour, le chef du Bloc québécois, qui a laissé entendre qu’il n’appuierait pas l'ACEUM, reconnaît que « ce n’est pas un mauvais traité ».

Il existe peut-être des solutions qui ne requièrent pas l’ouverture complète du traité tel qu’il a été renégocié, a déclaré M. Blanchet lundi peu avant la période de questions, sans fournir plus de détails.

On reconnaît qu’à l’échelle canadienne, ce n’est pas un mauvais traité si on prend le Canada comme un seul ensemble, mais les compromis qui ont été faits pour obtenir le traité ont été faits sur le dos du Québec.

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Se disant résolument en faveur du libre-échange, le chef du Bloc québécois insiste toutefois pour dire qu’en l’état actuel des choses, il n’y aura pas de vote favorable du Bloc québécois à cette démarche. Il tentera d'aller chercher des protections supplémentaires sur l'aluminium, et même pour les agriculteurs sous gestion de l'offre, a-t-il assuré.

Une motion de voies et moyens a été déposée par le gouvernement Trudeau lundi afin de mettre en oeuvre l'Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM), la version modernisée de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), longtemps décrié par le président américain Donald Trump.

L'accord a déjà été ratifié par les États-Unis et le Mexique.

Trudeau et Freeland évoquent Legault

Plus tôt sur la colline du Parlement, la vice-première ministre Chrystia Freeland, qui a la responsabilité des relations commerciales entre le Canada, les États-Unis et le Mexique, a déclaré qu'il était temps de mettre fin à l'incertitude économique. Elle a appelé les partis de l’opposition à collaborer et à ratifier l'accord.

Mme Freeland, qui a exhorté les partis de l'opposition à travailler ensemble pour faire passer le nouvel ALENA sans délai excessif, a rappelé que le premier ministre du Québec s’était montré favorable au traité.

En effet, à la mi-décembre, François Legault avait dit appuyer la nouvelle mouture de l'accord. Il avait enjoint du même souffle au chef du Bloc québécois de ne pas s'opposer à la ratification de l'ACEUM.

J’ai parlé avec le premier ministre Legault ce matin. Il a répété qu'il est dans l’intérêt des Québécois que cette entente soit ratifiée et adoptée […] J’espère que ce sera possible d’obtenir la coopération de tous les députés de la Chambre.

Chrystia Freeland, vice-première ministre du Canada

Le premier ministre Justin Trudeau a lui aussi insisté sur les propos de son homologue provincial. Le projet de loi sur la ratification de l'ACEUM est la priorité du gouvernement Trudeau.

Faisant à son tour valoir que la ratification rapide du nouvel ALENA était dans l'intérêt des Québécois, il a dit espérer que le Bloc agisse en ce sens et ne pense pas juste à [son] intérêt politique.

Le Bloc québécois ne prend ses directives de personne […] Je suis convaincu que nous avons en commun avec M. Legault une préférence pour un ACEUM modifié, amélioré pour protéger l’aluminium, a rétorqué M. Blanchet en point de presse.

Le gouvernement minoritaire de Justin Trudeau a survécu à un premier vote de confiance sur le discours du Trône, lundi soir. Une motion de soutien des priorités du gouvernement l’a emporté par 181 voix contre 139.

Les libéraux ont obtenu le soutien du Bloc québécois, tandis que les conservateurs, les néo-démocrates et les verts ont voté contre. Il s'agissait du premier test pour les libéraux qui forment un gouvernement minoritaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !