•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Collège Louis-Riel désinfecté après la découverte d'une punaise de lit sur un élève

Une punaise de lit.

Une punaise de lit

Photo : getty images/istockphoto / John-Reynolds

Vendredi dernier, les parents d'élèves du Collège Louis-Riel ont reçu une lettre de la direction les informant qu'une punaise de lit avait été trouvée sur les vêtements d'un élève.

Dans la lettre, la direction de cette école secondaire de la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) dit ignorer le lieu de provenance de l'insecte.

Par ailleurs, les responsables de l'école affirment avoir immédiatement pris les mesures nécessaires pour pouvoir accueillir les élèves lundi matin.

Le directeur général de la DSFM, Alain Laberge, explique qu'il a fallu avant tout s'assurer qu'il s'agissait bien d'une punaise de lit. La division scolaire a, ensuite, eu recours aux services d'une entreprise de nettoyage spécialisée qui a passé les lieux au peigne fin.

« C'était pour désinfecter autant que possible parce que ça pouvait ne pas venir nécessairement de cet élève-là », dit M. Laberge, la division ne voulant prendre aucun risque.

Un homme à lunettes, vêtu d'un veston rouge foncé, debout dans le hall d'entrée d'une école, l'air sérieux.

Alain Laberge est le directeur général de la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM).

Photo : Radio-Canada / Fernand Detillieux

Quel protocole?

Selon Alain Laberge, lorsqu'une punaise est découverte chez un élève, la DSFM ne dispose pas véritablement d'un protocole spécifique. Toutefois, il affirme qu'elle a la responsabilité d'aviser les parents et de leur demander d'être vigilants, vu que c'est un insecte qui se propage très rapidement.

De plus, il dit que l'école rassure également l'élève en lui faisant comprendre que le fait d'avoir des punaises de lit n'est pas lié à la malpropreté.

« Les gens vont souvent associer les deux. C'est le même phénomène lorsqu'il y a des poux. Il y a encore des gens qui pensent que les personnes qui ne se lavent pas les cheveux ont des poux. C'est inutile de faire ce genre de propagande », explique le directeur général de la DSFM.

Il insiste sur le fait que l'école a tout de même l'obligation de faire des vérifications pour connaître le foyer d'origine de la punaise de lit.

Ce n'est pas la première fois que des punaises de lit sont découvertes dans une école à Winnipeg, selon Taz Stuart, entomologiste à Poulin's Pest Control, une entreprise d'extermination des insectes nuisibles.

Un homme avec de longs cheveux debout seul.

Taz Stuart, entomologiste à Poulin's Pest Control

Photo : Radio-Canada

Il affirme avoir reçu par le passé des appels concernant des problèmes de punaises de lit de la part de divisions scolaires. Si un de ces insectes est découvert sur un élève, Taz Stuart recommande de traiter également le domicile de ce dernier pour parer à toute infestation éventuelle.

D'après l'entomologiste, même si les punaises de lits peuvent survivre dans une école, ce n'est pas le meilleur environnement pour qu'elles se reproduisent. Il dit que la maison demeure le lieu de prédilection des punaises de lit parce que les gens sont moins mobiles chez eux que dans une école.

Selon Taz Stuart, pour prévenir les punaises de lits à l'école, les meilleures armes restent une surveillance stricte, ainsi que la sensibilisation auprès des jeunes. Il rappelle que personne n'est à l'abri de cet insecte nuisible.

Pour sa part, Alain Laberge assure que tout est rentré dans l'ordre au Collège Louis-Riel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !