•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meurtre de Marylène Levesque : Service correctionnel Canada enquêtera

Autoportrait de Marylène Levesque publié sur Facebook.

Marylène Levesque, originaire du Saguenay, a été retrouvée morte le 22 janvier à Québec.

Photo : Facebook/Marylène Levesque

Une enquête « sur les circonstances qui ont mené au décès tragique de Marylène Levesque » sera menée par le Service correctionnel du Canada et la Commission des libérations conditionnelles, confirme le ministre fédéral de la Sécurité publique.

La femme de 22 ans a été retrouvée morte la semaine dernière dans une chambre d'hôtel de Sainte-Foy.

L'homme accusé de meurtre au deuxième degré dans cette affaire, Eustachio Gallese, était en semi-liberté depuis mars 2019.

Eustachio Gallese à la sortie de la centrale de police Victoria, à Québec.

Eustachio Gallese le 23 janvier à la centrale de police Victoria, à Québec.

Photo : Radio-Canada

En 2006, cet homme de 51 ans a été reconnu coupable du meurtre de sa conjointe.

Lors de la période de questions lundi à la Chambre des communes, le député de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, Pierre Paul-Hus, s'est adressé au ministre de la Sécurité publique, Bill Blair.

Le gouvernement, par l'entremise de la Commission des libérations conditionnelles, lui a permis d'obtenir des services sexuels, bien qu'ils savaient que ce meurtrier avait un problème avec les femmes, a affirmé le député. Est-ce que le ministre peut dire à la famille pourquoi la Commission a donné cette permission à un homme reconnu violent?

Ce à quoi le ministre Blair a répondu que le Service correctionnel et la Commission des libérations conditionnelles ont accepté de mener une enquête approfondie sur les circonstances qui ont conduit à la mort de la jeune femme.

Afin de s'assurer que tous les protocoles établis sont suivis à la lettre et que des leçons seront tirées de la situation, a-t-il poursuivi.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Période de questions : Pierre Paul-Hus interroge la Sécurité publique

Plusieurs politiciens, dont la ministre de la Justice du Québec, Sonia LeBel, ont demandé des réponses de la part d'Ottawa.

Vendredi, Mme LeBel indiquait qu'il est primordial de comprendre les circonstances qui ont mené au processus de réinsertion sociale de l'accusé.

Lundi, cette dernière a affirmé sur son compte Twitter être satisfaite d'apprendre la tenue d'une enquête. Les Québécoises et Québécois obtiendront des réponses à leurs questions, a-t-elle écrit.

Une stratégie critiquée

Dans une décision rendue en septembre 2019 concernant l’accusé de 51 ans, la Commission des libérations conditionnelles du Canada a écrit : En audience, votre agente de libération conditionnelle a souligné qu'une stratégie a été développée afin que vous puissiez rencontrer des femmes, mais seulement afin de répondre à vos besoins sexuels.

Toujours dans ce même document, la Commission soutient qu’elle juge « inappropriée » cette stratégie pour rencontrer des femmes, ajoutant qu'elle constitue un facteur de risque important et inquiétant.

Dans ce contexte, la Commission s'attend à ce que cette grille d'analyse qui a culminé à cette approche soit examinée, est-il écrit. 

C’est lors de cette décision, en septembre 2019, que la Commission a prolongé le processus de semi-liberté d’Eustachio Gallese.

Par contre, le processus de libération conditionnelle lui avait été refusé au même moment.

Comment fonctionne une enquête?

La Commission des libérations conditionnelles du Canada décline les demandes d'entrevue.

Elle offre toutefois quelques informations sur le comité qui sera organisé pour revoir les circonstances entourant la mort de Marylène Levesque.

En plus des membres de la Commission et de Service correctionnel Canada, le comité sera aussi formé d'un membre de la collectivité qui n'a pas été à l'emploi des deux organisations.

Le comité devra produire un rapport et fournir des recommandations pour éviter qu'un incident similaire ne se reproduise.

De son côté, Service correctionnel du Canada précise qu'il a la responsabilité de mener ce type d'enquête notamment lorsque l’auteur présumé d’un meurtre est un délinquant fédéral.

L'agence ne peut donner plus de détails sur le cas d'Eustachio Gallese, puisqu'une enquête criminelle est en cours.

Avec les informations de Pascale Lacombe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !