•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le boxeur gatinois Harley-David O'Reilly forcé de prendre sa retraite

Les blessures ont eu raison du rêve de l'athlète de participer aux Jeux olympiques de Tokyo l'été prochain.

Un boxeur montre des photos et des articles de journaux qui retracent sa carrière.

Le boxeur Harley-David O'Reilly prend sa retraite la tête pleine de souvenirs de sa carrière amateur.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

Jonathan Jobin

Les nombreuses blessures auront finalement eu raison du rêve olympique de Harley-David O’Reilly. Le boxeur gatinois, qui visait une participation aux Jeux de Tokyo, a décidé de prendre sa retraite après avoir subi une nouvelle blessure aux côtes dans les derniers mois.

L’athlète de 31 ans n’avait pas été en mesure de participer aux qualifications olympiques canadiennes, à Montréal, au mois de décembre.

Après ma dernière blessure, j’avais de la misère à respirer et je marchais comme le Bossu de Notre-Dame. C’est là que j’ai pris ma décision. Je me suis dit que la douleur était trop intense, confie O’Reilly à Radio-Canada.

Même s’il avait pu participer aux qualifications continentales en mars, ou à un tournoi de qualification ultime en avril, le boxeur croit qu’il n’aurait pas été prêt physiquement à relever le défi.

Je serais arrivé avec presque huit mois d’inactivité. En plus, on m’a dit que la main que je me suis cassée il y a deux ans n’avait pas bien guéri. J’ai des fragments d’os, et chaque fois que je frappe, je perds toute ma mobilité dedans. J’avais presque peur de frapper, poursuit l’athlète.

Les rumeurs de retraite avaient commencé à courir lorsque Boxe Canada avait officialisé son absence aux qualifications olympiques, un moment difficile pour le jeune homme.

Photo du boxeur de Gatineau Harley-David O'Reilly.

Le boxeur originaire de Gatineau Harley-David O'Reilly

Photo : Courtoisie/Boxe Canada

Dix-sept ans de travail pour voir quelqu’un qui n’a aucune expérience internationale prendre sa place, c’est difficile, dit O’Reilly, en parlant de John-Michael Bianco.

Mais je lui souhaite le meilleur. J’espère qu’il va atteindre le sommet. On veut tous vivre ça. Je regarde mes chums qui se préparent et moi, je suis à la maison, ce n'est pas le fun, se désole O’Reilly.

Une belle carrière malgré des débuts tardifs

Malgré tout, le jeune homme est en paix avec sa décision. Même s’il a commencé sa carrière en boxe olympique sur le tard, le Gatinois a participé à plus de 65 combats amateurs et en a gagné plus de 40. Il a aussi remporté des médailles dans plusieurs compétitions internationales.

Ce qui compte, c’est le chemin que tu as parcouru. Je ne suis pas allé jusqu’au bout, mais qui aurait cru qu’à 26 ans je serais devenu champion canadien, [que j'aurais] fait une dizaine de voyages et obtenu d’importantes médailles? Je suis arrivé tard sur la scène de la boxe et j’ai réussi à accomplir ça. Je suis fier de mon parcours, affirme le boxeur avec un grand sourire.

Le boxeur Harley-David O'Reilly célèbre sa victoire contre l'Albertain Petru Bolun.

Le boxeur Harley-David O'Reilly lors d'une victoire contre Petru Bolun, de l'Alberta

Photo : Courtoisie/Boxe Canada

O’Reilly croit qu’il lui manquait un petit élément de motivation pour battre les meilleurs sur la scène internationale. Il mentionne que le niveau est extrêmement élevé sur la planète.

La boxe, c’était une passion pour moi. Ailleurs, c’est un mode de vie. Les Cubains, les Colombiens, les Russes, s’ils ne font pas ça, ils n’ont rien. Moi, après une défaite, je revenais ici avec ma femme, ma maison et mon travail, souligne O’Reilly.

Au moment de prendre sa décision, O’Reilly tenait à remercier plusieurs personnes qui l’ont aidé dans sa carrière, en commençant par sa femme, Sabrina Boily.

Je ne serais pas l’homme que je suis sans elle. Elle m’a convaincu d’aller au centre d’entraînement à Montréal. Eli Maroun, Éric Bélanger et Daniel Trépanier m’ont amené à un autre niveau également.

Harley-David O'Reilly, boxeur à la retraite

Déjà de retour au travail au Casino du Lac-Leamy, O’Reilly espère redonner à la boxe locale au cours des prochaines années. Je veux aller chercher mes cours d’entraîneur et je veux continuer de m’entraîner. J’ai toujours été un meilleur entraîneur que j’étais boxeur, lance-t-il, sur une note joyeuse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Boxe