•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Capitale-Nationale: les pairs aidants deviennent des employés à part entière du CIUSSS

Deux mains en enserrent une autre sur une table.

Les pairs aidants, ces travailleurs à la vocation particulière, ont eux-même été aux prises avec des troubles sévères de santé mentale dans le passé.

Photo : iStock

David Rémillard

Les pairs aidants en santé mentale, symboles d'espoir pour de nombreux patients, sont désormais reconnus comme des employés à part entière au CIUSSS de la Capitale-Nationale. Une première au Québec qui pourrait faire des petits.

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale fait appel aux pairs aidants depuis 2005.

Ces travailleurs à la vocation particulière ont eux-mêmes été aux prises avec des troubles sévères de santé mentale dans le passé. Rétablis depuis au moins deux ans, leur « savoir expérientiel », comme on l'appelle au CIUSSS, en font des alliés privilégiés pour les patients en cours de traitement.

[Le pair aidant] fait vivre de façon concrète l'espoir que c'est possible de se rétablir. Ç'a un impact sur nos équipes et auprès de la clientèle qu'on suit, qui parfois, devant les difficultés, a tendance à perdre un peu espoir, explique Julie Lesage, directrice adjointe des programmes santé mentale et dépendances du CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Même si leur rôle est considéré depuis des années, ces employés, qui doivent obligatoirement suivre une formation, n'avaient pas de titre formel dans le réseau. Ils ne bénéficiaient pas des mêmes avantages sociaux que le reste des employés, rappelle Mme Lesage.

On les embauchait surtout à contrat ou en vertu d'ententes de services avec des organismes communautaires. Les embauches directement par le CIUSSS pouvaient auparavant faire l'objet de griefs des syndicats.

Sentiment d'égalité

Après des années de démarches, le CIUSSS de la Capitale-Nationale est parvenu à une entente avec la Fédération des professionnèles, affiliée à la CSN.

Grâce à cette entente, qui vient normaliser leur statut, sept pairs aidants ont été embauchés l'automne dernier et six postes sont actuellement ouverts.

Un de ces nouveaux employés est Gilles Bégin. Pair aidant depuis 2008, le fait d'être embauché lui procure un sentiment d'appartenance.

Ça me donne plus de reconnaissance, en tant qu'employé. Ça me donne un sentiment d'égalité avec mes collègues au travail, a-t-il confié.

Long processus

Le débat sur le titre d'emploi a été long. La direction des ressources humaines a travaillé d'arrache-pied pour leur permettre de devenir des employés à part entière.

Afficher un poste en demandant comme exigence des troubles graves de santé mentale, ça pose des enjeux à plusieurs niveaux dans les conventions collectives, fait valoir Christian de Beaumont, coordonnateurs à la direction des ressources humaines du CIUSSS.

Il fallait également trouver un titre pour les employés, puisque le ministère de la Santé et des Services sociaux ne veut pas ajouter le terme dans sa nomenclature.

Le gouvernement a plutôt recommandé, en 2013, d'offrir le statut d'éducateur classe 2 aux pairs aidants. À ce moment, des questions sur le partage des rôles avec les techniciens en éducation spécialisée se sont présentées.

Les longs délais avant d'aboutir à une entente ont par ailleurs en bonne partie été provoqués par les fusions dans le réseau de 2015.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Santé mentale