•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fibre de chanvre, matériau de l’avenir?

Grâce au développement d’un marché pour sa fibre, le chanvre pourrait devenir la culture la plus profitable au pays dans les années à venir pour les producteurs de grains.

De longues pousses se trouvent en avant-plan et des silhouettes de montagnes en arrière-plan.

Un champ de chanvre près de Lethbridge, en Alberta.

Photo : Radio-Canada / Ron Boileau

L’agriculteur Rod Lanier cultive du chanvre sur 400 hectares près de Lethbridge, en Alberta.

Lorsqu’il s’est lancé dans la culture de cette plante, il y a 10 ans, c’était surtout pour vendre son grain, très recherché à l’époque, rappelle-t-il.

Peu de fermiers cultivaient de la graine de chanvre, donc elle se vendait 30 % de plus que mes autres cultures. Ça valait vraiment la peine, raconte-t-il à La semaine verte.

Un homme se trouve à bord d'une machinerie lourde qui est utilisée en agriculture. À l'extérieur du véhicule, on peut voir un grand champ.

Rod Lanier récolte la paille dans son champ de chanvre près de Lethbridge, en Alberta.

Photo : Radio-Canada

Plutôt que de brûler sa paille de chanvre après les récoltes, comme le font d’autres fermiers, il l’entrepose sur ses terres. Il accumule, au fil des ans, 5000 balles de paille de chanvre, dans l’espoir qu’il puisse un jour trouver preneur.

Des dizaines de balles de pailles sont empilées les unes sur les autres.

Des balles de paille de chanvre entreposées chez Rod Lanier, en Alberta.

Photo : Radio-Canada / Ron Boileau

Mais Rod Lanier pourrait enfin avoir trouvé, en 2020, un acheteur pour toute sa paille. Il s’agirait, pour lui, de la consécration de tous ses efforts.

C’était une question de temps avant qu’on exploite le reste du plant de chanvre. J’ai entreposé ma paille juste un peu trop tôt.

Rod Lanier

Une plante illégale

Le chanvre serait l’une des plus anciennes plantes cultivées sur la planète.

Récoltée pour son grain il y a des millénaires, la fibre de la plante sert ensuite à fabriquer du papier, des vêtements, des voiles et même du ciment pour consolider les ponts de pierre.

Introduit en Amérique du Nord au 17e siècle, le chanvre est cultivé à grande échelle et est transformé entre autres en cordages pour les navires.

Mais à partir de 1970, la culture du chanvre est interdite partout sur le continent, en raison de son lien de parenté avec son cousin, le cannabis.

Puis, en 1998, le chanvre fait son retour, d’abord au Canada, où son grain suscite beaucoup d’intérêt en raison de sa valeur nutritive.

La production de la plante augmente, pour atteindre un sommet de 57 000 hectares semés en 2017.

Une machinerie lourde utilisée en agriculture circule à travers un champ. Le véhicule, photographié de face, semble se diriger vers nous.

Le chanvre de l'agriculteur Rod Lanier, dont le champ se trouve près de Lethbridge, en Alberta, est récolté.

Photo : Radio-Canada / Ron Boileau

Mais selon certains, ce ne serait que la pointe de l’iceberg.

Nouvelles variétés de chanvre

Byron James supervise la ferme expérimentale chez Innotech, un centre provincial de recherche à Vegreville, en Alberta.

Il est convaincu que le plant de chanvre est loin d’être exploité à son plein potentiel au Canada.

En Europe, on utilise la fibre de chanvre pour fabriquer toutes sortes de choses. Alors pourquoi cette industrie n’a-t-elle pas été développée au Canada? On en revient au paradoxe de l’œuf et de la poule : les fermiers ne s'intéressaient pas à la paille de chanvre parce qu’il n’y avait pas d’acheteurs, et personne n’achetait la paille parce que les fermiers n’en produisaient pas, soutient-il.

Un homme se trouve dans un champ et inspecte une plante.

Byron James, qui se trouve sur une parcelle de chanvre au centre de recherche Innotech à Vegreville, en Alberta.

Photo : Radio-Canada / Ron Boileau

Sur de petites parcelles d’essai, les chercheurs d'Innotech créent de nouvelles variétés de chanvre adaptées au climat des Prairies et qui produisent beaucoup de fibre.

Des variétés qui mesurent quatre mètres en hauteur, soit quatre fois plus que les variétés cultivées pour le grain.

Des plantes de différentes couleurs et de différentes hauteurs se trouvent les unes à côté des autres.

À l’institut de recherche Innotech, une variété de chanvre est cultivée pour son grain (en avant-plan) et une autre est cultivée pour sa fibre (en arrière-plan).

Photo : Radio-Canada / Ron Boileau

Innotech fait aussi construire la première usine de décortication de chanvre au pays.

La paille est d’abord coupée, ensuite déchiquetée et taillée. Les longues fibres d’écorce sont ainsi séparées de la chènevotte, les petites fibres qui forment la moelle du plant de chanvre.

On espère ainsi entreprendre la création d’une industrie totalement nouvelle.

Byron James, superviseur de la ferme expérimentale chez Innotech

Innotech vend ensuite sa fibre brute aux entreprises qui s’intéressent au chanvre

Fibre naturelle sans pareille

À Drayton Valley, en Alberta, Dan Madlung fonde en 2018 BioComposites Group, une entreprise qui crée des produits à base de fibres naturelles.

Un homme portant des gants marche dans une usine. Il est accompagné d'une femme et d'un autre homme. Sur un mur, il est possible de lire « BioComposites ».

Dan Madlung (à droite) marche dans l’usine de BioComposites Group à Drayton Valley, en Alberta.

Photo : Radio-Canada / Ron Boileau

Il choisit la fibre de chanvre comme matière première, puisqu’il s’agit, selon lui, de la meilleure des fibres naturelles.

La fibre de chanvre est forte, longue et polyvalente. Ici en Alberta, elle peut pousser de six pouces par jour, et on peut la récolter chaque année. En comparaison, une fibre de bois peut prendre jusqu’à 80 ans avant d’atteindre sa maturité, explique-t-il.

L’entreprise développe toutes sortes de produits à base de chanvre, comme des panneaux de portières de voitures, de l’isolant et du revêtement extérieur pour bâtiments, compostable à la fin de son cycle de vie.

Deux femmes sont assises à une table et traitent des cubes. Elles utilisent notamment des ciseaux pour faire leur travail.

Des employés à l’usine de BioComposites Group, en Alberta, découpent des cubes pour la croissance de végétaux.

Photo : Radio-Canada / Ron Boileau

Mais Dan Madlung et son équipe s’arrêtent pour l’instant sur un article : des cubes pour la culture de végétaux, destinés aux particuliers et aux serres commerciales.

Le produit se vend comme des petits pains chauds. À un point tel que l’usine de décortication d’Innotech, à Vegreville, ne peut leur fournir assez de fibre.

La décortication : chaînon manquant de l’industrie

BioComposites Group doit donc importer sa fibre d’Europe.

Mais Dan Madlung pourra bientôt acheter toute sa fibre en Alberta.

Une usine de décortication privée est en chantier à Bruderheim, au nord-est d’Edmonton, qui pourra transformer 10 tonnes de chanvre par heure.

Elle compte acheter son chanvre des fermiers des Prairies et vendre sa fibre aux transformateurs locaux.

Des blocs de construction de chanvre

Entre-temps, en banlieue de Calgary, l’entreprise Just BioFiber s’intéresse à la chènevotte, les petites fibres à l’intérieur de la tige du chanvre.

Mélangée avec de la chaux, la chènevotte est placée dans des moules, puis chauffée à haute température.

Un homme, qui se trouve dans une usine, pose sa main sur des blocs de construction et les regarde. Devant lui se trouvent des dizaines de blocs empilés les uns sur les autres.

Mac Radford, fondateur de l’entreprise Just BioFiber, examine des blocs de construction de chanvre dans son usine à Airdrie, en Alberta.

Photo : Radio-Canada / Ron Boileau

Résultat : des blocs de construction qui ressemblent à des pièces de Lego, s’insérant les uns dans les autres pour former les murs d’un bâtiment.

Selon le fondateur de l’entreprise, Mac Radford, ce matériau aurait les mêmes qualités que la pierre calcaire : solide, durable et, en soi, un excellent isolant.

C’est une structure très solide, qui résiste à des vents de 300 milles à l’heure, c’est-à-dire un ouragan ou une tornade

Mac Radford

Quelques maisons entières ont déjà été construites avec ce produit.

L’intérêt grandissant pour les bâtiments verts incite l’entreprise à miser le tout pour le tout : elle compte ouvrir, en 2021, sa propre usine de décortication de chanvre.

Si tout semble se bousculer dans l’industrie de la fibre de chanvre au pays, c’est qu’il y aurait une véritable course contre la montre.

2020, année charnière

La culture du chanvre monte en flèche aux États-Unis depuis qu'elle a été réintroduite en 2014.

Selon Dan Madlung, il faut agir maintenant.

Nos investisseurs américains nous disent que la fibre de chanvre suscite beaucoup d’intérêt chez eux. Nous avons peu de temps pour bien nous positionner, pour créer des emplois et profiter des retombées d’une telle industrie. On peut tout perdre ou tout gagner dans la prochaine année, soutient-il.

Chose certaine, ce n’est pas la matière première qui manque : on prévoit que les fermiers canadiens doubleront leurs hectares semés en chanvre en 2020.

Cela s’explique surtout par le marché émergent des huiles de cannabidiol. Et les nouvelles variétés de chanvre permettent aux agriculteurs de récolter à la fois le grain, la fibre et l’huile de CBD.

Du jamais-vu, selon Rod Lanier, producteur de grains.

Je n’ai aucune autre culture comme celle-ci. Le lin, tu n’en vends que la graine. Le blé dur, c’est pareil, tout comme les lentilles. Alors que le chanvre te donne trois sources de revenus.

Rod Lanier

Voyez le reportage de l'émission La semaine verte ici.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !