•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le coronavirus ébranle l'industrie du tourisme dans toute l'Asie

Les membres d'une famille chinoise munis de masques portent des valises.

Des millions de Chinois ont restreint leurs déplacements cette année lors du congé du Nouvel An lunaire en raison de l'épidémie de coronavirus.

Photo : afp via getty images / -

Radio-Canada

L’épidémie de coronavirus frappe de plein fouet l'industrie du tourisme alors que le congé du Nouvel An lunaire bat son plein. Des dizaines de millions de Chinois et de touristes étrangers choisissent de ne pas voyager ou sont sommés de ne pas le faire par les autorités. Au Canada, les annulations de voyages vers l'Asie se multiplient.

Selon des données publiées par le vice-ministre chinois des Transports, Liu Xiaoming, le nombre de déplacements mesurés samedi, premier jour du congé du Nouvel An lunaire, était de 29 % inférieur aux données de l’an dernier.

Toujours pour la journée de samedi, les voyages civils en avion ont reculé de 41,6 % par rapport à la même journée l’an dernier, tandis que les déplacements ferroviaires ont chuté de 41,5 % et les déplacements routiers de 25 %.

Cela représente des pertes financières importantes pour l’économie du tourisme, qui représente 11 % de l’économie chinoise. L’an dernier seulement, les Chinois ont fait 134 millions de voyages, selon des données officielles citées par l’Associated Press.

Trois agentes de bord avec des masques circulent dans un aéroport.

Des agentes de bord d'une compagnie aérienne chinoise portent des masques pour se protéger du coronavirus.

Photo : afp via getty images / PETER PARKS

Interdiction de se déplacer pour des millions de personnes

L’épidémie de coronavirus, qui a fait au moins 82 morts ces derniers jours dans le centre de la Chine et près de 2830 cas d’infection, a forcé les autorités chinoises à limiter significativement les déplacements de population dans les zones touchées cette année. Toutes les festivités publiques ont aussi été annulées, tandis qu’au moins 50 millions de personnes sont actuellement en confinement dans 17 villes du pays.

Le gouvernement chinois a même prolongé la semaine de vacances du Nouvel An lunaire de trois jours, soit jusqu’au 2 février, pour limiter plus longtemps les déplacements dans le pays et tenter de ralentir la propagation du virus.

Toutes ces limitations de déplacements combinées à la peur que génère l’épidémie chez les touristes étrangers entraînent des pertes de plusieurs milliards de dollars non seulement en Chine, mais dans de nombreux autres pays d'Asie.

Plusieurs pays touchés

En Thaïlande, notamment, une des destinations tropicales préférées pour le Nouvel An lunaire, le gouvernement du pays envisage un manque à gagner potentiel de 50 milliards de bahts (1,6 milliard de dollars).

Selon les estimations du Conseil du tourisme de Thaïlande, chaque touriste chinois rapporte en moyenne l’équivalent de 1600 $ en retombées économiques, ce qui représente une source importante de revenus mise en péril par l’épidémie de coronavirus.

Une femme pose à l'avant d'un bateau en Thaïlande.

La Thaïlande est une des destinations favorites des Chinois lors de leurs vacances d'hiver.

Photo : afp via getty images / MLADEN ANTONOV

Les principaux secteurs touchés sont les hôtels, les compagnies aériennes, les opérateurs de croisières et tous les autres secteurs qui bénéficient de l’afflux annuel de touristes chinois lors du Nouvel An lunaire.

Cette onde de choc qui secoue l’industrie touristique est aussi ressentie au Japon, au Vietnam et en Corée du Sud, qui sont les destinations favorites des Chinois pour les vacances du Nouvel An lunaire.

Baisse de la demande de pétrole

Cette réduction des déplacements dans le monde se traduit par un impact notable sur les cours du pétrole qui ont reculé de 6 % à 7 % la semaine dernière sur les marchés internationaux avant d’accuser un nouveau recul de 3 % à 4 % à l’ouverture des bourses lundi matin en raison d’une baisse globale de la demande de pétrole.

Les annulations se multiplient au Canada

Au Canada, de nombreux voyageurs sont préoccupés par la situation en Chine et plusieurs réclament l’annulation de leur voyage, a confirmé lundi l’Association canadienne des agences de voyages (ACTA) à Radio-Canada.

Selon Manon Martel, directrice régionale de l'ACTA pour le Québec, les agences de voyages reçoivent beaucoup d’appels ces jours-ci. Elles sont très occupées avec des questions des consommateurs qui désirent annuler ou avoir des informations, confirme la directrice régionale de l’ACTA qui représente plus de 1500 agences de voyages au Canada.

Malgré ce flot de demandes d’annulation, l’association ne recommande pas pour le moment à ses membres de suspendre les séjours et vols vers la Chine.

On ne donne pas de consignes. On y va avec la recommandation du gouvernement.

Manon Martel, directrice régionale de l'ACTA pour le Québec

Le gouvernement dit que les voyages non nécessaires dans la région de Wuhan sont à proscrire. Il n'y a rien qui dit qu'on empêche ces voyages. Il est sûr et certain que s'il y a des voyages organisés dans la région, ils n'iront pas dans la région. On se fie à ce que le gouvernement dit.

Pour ce qui est des modalités de remboursement en cas d’annulation, Manon Martel explique que ce n’est pas automatique compte tenu des circonstances et que ces demandes sont traitées au cas par cas.

Rappelons qu’un fonds d'indemnisation est prévu pour les agences membres de l'OPC.

Avec les informations de Associated Press, et MSNBC.com

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie

International