•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : le Canada déconseille tout voyage dans la région du Hubei

Une photo prise en plein jour montre des rues et des trottoirs désertés au milieu de gratte-ciel.

Malgré ses 11 millions d'habitants, Wuhan a toutes les apparences d'une ville fantôme depuis qu'elle a été mise en quarantaine par le gouvernement chinois.

Photo : Reuters / cnsphoto

Radio-Canada

Le Canada déconseille maintenant tout voyage dans la province du Hubei, l'épicentre de l'épidémie du nouveau coronavirus qui a fait plus de 80 morts jusqu'à maintenant, et près de 3000 personnes infectées.

L'avis publié sur le site Internet des Affaires étrangères évoque spécifiquement la métropole de Wuhan, d'où proviendrait la maladie, comme lieu à éviter, ainsi que les villes de Huanggang et Ezhou.

Le gouvernement fédéral évoque l'imposition de sévères restrictions de voyage visant à limiter la propagation d'un nouveau coronavirus.

Le département d'État américain demande aussi aux voyageurs de ne pas se rendre dans le Hubei.

Le consulat américain à Wuhan avait déjà annoncé qu’il prévoyait évacuer son personnel diplomatique et d’autres ressortissants à bord d’un avion à destination de San Francisco, en Californie. La diplomatie américaine souligne que sa capacité à fournir de l'aide d'urgence aux ressortissants américains s'en trouve, par conséquent, diminuée.

De plus en plus de pays se préparent par ailleurs à évacuer leurs ressortissants de Wuhan, la ville chinoise d’où provient le nouveau coronavirus qui a fait 82 morts, mais le Canada n’est pas du nombre.

Les États-Unis, le Japon, la France, le Royaume-Uni, l’Espagne, l'Italie, l’Australie et le Sri Lanka ont jusqu’ici annoncé leur intention d’évacuer leurs citoyens présents à Wuhan, et l’Allemagne y songe également.

Interrogé deux fois plutôt qu'une sur la possibilité que le Canada leur emboîte le pas lundi avant-midi, le ministre canadien des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, est demeuré évasif.

Nous continuons de travailler avec nos partenaires internationaux pour analyser différentes options en vue d’assurer la sécurité et la santé de tous les Canadiens et Canadiennes qui pourraient avoir besoin d’assistance consulaire présentement en Chine.

François-Philippe Champagne, ministre des Affaires étrangères du Canada.

Selon le ministre, 167 Canadiens se trouvant dans la province du Hubei se sont enregistrés auprès de l'ambassade canadienne en Chine, mais seuls 8 d'entre eux ont requis une assistance consulaire.

Le ministre Champagne invite par ailleurs tous les Canadiens en Chine à s'enregistrer officiellement auprès de l'ambassade canadienne, afin de recevoir toute l'information appropriée.

Dimanche avant-midi, la ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, avait déclaré en conférence de presse que le Canada n'avait aucun plan pour évacuer ses ressortissants. À l’heure actuelle, il ne semble pas que nous ayons besoin de noliser un avion, a-t-elle dit, avant de rappeler qu’une telle décision est du ressort de M. Champagne.

Si quiconque a des inquiétudes à propos de quelqu’un qui est dans la région, ou qui a besoin d’un soutien, il peut certainement joindre Affaires mondiales Canada et nous allons leur offrir ce soutien, a ajouté Mme Hajdu.

Nous comprenons les préoccupations des Canadiens dans la région, ainsi que celles de leurs familles et de leurs proches, a précisé le ministre Champagne dans une déclaration publiée quelques heures plus tard.

Il a rappelé par la même occasion que le Canada n'a pas de présence consulaire à Wuhan, contrairement à d'autres pays, comme les États-Unis et la France.

Les pays européens cherchent à évacuer leurs ressortissants

Le Royaume-Uni et l’Espagne ont confirmé lundi qu’ils s’activaient pour permettre à leurs ressortissants de quitter Wuhan, une ville d’environ 11 millions d’habitants.

Le ministère des Affaires étrangères du Royaume-Uni explore des options pour que les citoyens britanniques puissent quitter la province du Hubei, où se trouve Wuhan, et discute avec des partenaires internationaux, dont les États-Unis et les pays européens, pour trouver des solutions, a indiqué un porte-parole.

Madrid avait envoyé un message quasi identique peu avant. Nous travaillons avec notre consulat à Pékin et avec des responsables de la Chine et de l’Union européenne pour rapatrier environ 20 Espagnols de Wuhan, a déclaré la ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya.

L’Allemagne envisage aussi une possible évacuation de ses ressortissants, a déclaré lundi son chef de la diplomatie, Heiko Maas. Une telle mesure pourrait être décidée lors d’une réunion d’une cellule de crise du gouvernement qui aura lieu plus tard lundi, a-t-il affirmé. Selon lui, moins d’une centaine d’Allemands se trouvent à Wuhan.

L'agence de presse néerlandaise ANP rapporte aussi que les Pays-Bas évaluent comment ils pourraient évacuer une vingtaine de leurs ressortissants de la ville chinoise.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a aussi confirmé que Paris préparait une évacuation aérienne de ses ressortissants à Wuhan. Cette opération, menée en collaboration avec les ministères de l’Intérieur, de la Santé et des Armées, devrait se produire a priori au milieu de la semaine.

Nos équipes à Wuhan sont en train d'identifier nos compatriotes qui souhaitent revenir, sachant qu'il y aura une période de quarantaine de 14 jours à l'arrivée ici à Paris.

Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères

Dans la foulée, le ministre Le Drian doit s'entretenir par téléphone avec son homologue chinois des conditions de ce rapatriement, la ville de Wuhan étant soumise à une interdiction de circuler.

Le nombre de Français concernés pourrait aller de quelques dizaines à quelques centaines, avait estimé la ministre française de la Santé, Agnès Buzyn, en dévoilant ce plan de rapatriement dimanche.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

International