•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le coronavirus fait reculer les bourses

La Bourse de Tokyo a perdu lundi plus de 2 %, les craintes concernant l'épidémie de coronavirus entraînant un repli vers les valeurs refuges.

Un homme face à des écrans sur lesquels apparaissent des valeurs négatives.

Les craintes concernant l'épidémie de coronavirus entraînent un repli vers les valeurs refuges.

Photo : The Associated Press / Shizuo Kambayashi

Agence France-Presse

Inquiets de la propagation de l'épidémie de coronavirus, les indices boursiers mondiaux vacillaient lundi, les titres des sociétés exposées à la Chine étant particulièrement touchés.

Les marchés boursiers mondiaux sont sous pression en ce début de semaine alors que les craintes grandissent quant à la propagation de l'épidémie de coronavirus en Chine, résume Neil Wilson, analyste chez Markets.com.

La Bourse de New York évoluait en forte baisse dès son ouverture lundi, comme d'autres places boursières mondiales. Vers 9 h 50 (HNE), son indice vedette, le Dow Jones, reculait de 1,44 %, atteignant 28 571,88 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, baissait de 1,74 % et le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, cédait 1,36 %.

Auparavant, l'indice Nikkei japonais avait lâché 83,67 points (-2,03 %) à 23 343,51 points tandis que l'indice élargi Topix avait cédé 1,61 % à 1702,57 points. Les bourses de Chine continentale et de Hong Kong étaient fermées lundi en raison des congés du Nouvel An chinois.

Et en Europe l'ensemble des marchés décrochaient : vers 10 h (HNE), la Bourse de Paris lâchait 2,55 %, celle de Francfort 2,45 % et celle de Londres 2,17 %.

Le yen et dans une moindre mesure le franc suisse progressaient face aux autres principales devises, les deux monnaies étant traditionnellement considérées comme des valeurs refuges en période d'incertitude.

Le yen prenait 0,32 % face au billet vert, à 108,93 yens pour 1 $ US, tandis que le franc suisse gagnait 0,26 % à 0,9691 franc suisse pour 1 $ US, vers 10 h (HNE).

Les prix du pétrole étaient eux aussi affectés par le virus chinois et son impact sur la demande d'or noir en Chine et dans le monde.

Toujours vers 10 h (HNE), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 59,70 $ US à Londres, en baisse de 1,63 % par rapport à la clôture de vendredi. À New York, le baril américain de WTI pour la même échéance perdait 1,72 % à 53,25 $ US.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bourse

Économie