•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trump liait l'aide pour l'Ukraine à une enquête sur les Biden, selon John Bolton

Le visage de John Bolton de profile.

John Bolton est l'ancien conseiller principal à la sécurité nationale de Donald Trump

Photo : Reuters / Jonathan Ernst

Radio-Canada

Le président américain Donald Trump aurait avisé ses conseillers dès août dernier qu’il voulait que l’aide financière destinée à l’Ukraine soit retenue tant et aussi longtemps que Kiev ne lancerait pas d’enquêtes sur des démocrates, dont l’ancien vice-président Joe Biden, rapporte le New York Times.

Les directives de Donald Trump sont décrites dans le manuscrit du livre que doit publier l’ancien conseiller principal à la sécurité nationale du président, John Bolton, explique l’article du Times qui ne cite pas directement le document.

Le quotidien new-yorkais souligne que cette déclaration du président pourrait nuire à un élément central de la défense de M. Trump dans son procès pour destitution : que l’aide retenue n’était pas liée à ses demandes que l’Ukraine annonce des enquêtes sur ces opposants politiques, incluant Joe Biden et son fils Hunter Biden, qui a travaillé pour une entreprise énergétique ukrainienne.

Joe Biden est pour sa part le meneur de la course à l’investiture démocrate en vue des élections présidentielles de 2020.

La Maison-Blanche n’a pas répondu aux demandes d’entrevues en lien avec l’article du New York Times. Jay Sekulow, qui dirige la défense du président devant le Sénat, n’a pas non plus commenté l’article.

Un témoignage attendu par les démocrates

L’article est publié la veille de la reprise de la défense de Donald Trump par ses avocats lors de son procès pour destitution devant le Sénat américain. Cette nouvelle publication pourrait donner du poids aux demandes des démocrates pour que le Sénat envoie des citations à comparaître à certains témoins et exige de produire des documents pour le procès.

La Chambre des représentants, à majorité démocrate, a voté le 18 décembre dernier pour retenir les chefs d’accusation d’abus de pouvoir et d’obstruction du travail du Congrès contre le président américain.

Les démocrates se sont dits désireux d’entendre le témoignage de John Bolton qui a été impliqué, selon son avocat, dans plusieurs rencontres et conversations sur des sujets au cœur du procès pour destitution du président.

John Bolton a quitté son poste de conseiller principal en septembre dernier après plusieurs différends avec le président. Donald Trump a déclaré qu’il l’avait renvoyé; John Bolton a plutôt dit qu’il avait démissionné.

Les avocats assurant la défense de Donald Trump ont fait valoir qu’aucun des chefs d’accusation contre le président ne représentait un crime pouvant mener à une destitution. Ils ont aussi fait valoir que le président avait tous les droits de prendre des décisions concernant la politique étrangère et sur les informations qui peuvent être transmises au Congrès.

Les avocats de Donald Trump croient également que la Chambre des représentants a suivi un processus biaisé pour l’accusé.

Alors que le Sénat à majorité républicain ne procédera probablement pas à la destitution de Donald Trump, ce dernier tente de limiter les dommages collatéraux politiques pour ne pas nuire à sa quête d’un deuxième mandat.

Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Amériques

International