•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des vices cachés obligent une famille à quitter sa résidence de Cantley

Mathieu Allaire-Normand dans la cuisine de sa maison.

Mathieu Allaire-Normand s'inquiète pour la santé de son bébé de quatre mois.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une famille de Cantley se retrouve à la rue après avoir découvert que sa nouvelle maison était insalubre. Au bord du découragement, elle souhaite maintenant inciter les nouveaux acheteurs à la prudence.

Mathieu Allaire-Normand et sa conjointe ont acheté, en octobre 2018, une maison pleine de vices cachés. L'inspection avant achat n'avait pas révélé au couple que leur future maison était insalubre.

On a de l'eau qui rentre au sous-sol toutes les fois qu'il pleut, toutes les fois qu'il y a une fonte de neige, le moindrement qu'il y a un peu d'eau, raconte M. Allaire-Normand. Le menuisier-charpentier de profession explique que ces infiltrations ont favorisé la prolifération de moisissure.

Quelqu’un de compétent aurait dû s’apercevoir qu'il y avait des traces de moisissures, fait-il valoir.

Un homme dans son sous-sol. Les murs sont ouverts et du plastique recouvre le plancher.

Le sous-sol de la maison est condamné. Les murs sont ouverts et le sol est recouvert de plastique pour limiter les dommages de l'eau.

Photo : Radio-Canada

Le couple a fait affaire avec un ingénieur qui leur a recommandé de refaire la fondation qui a été bâclée. Le bois est sur le sable. Il y a absence de pare-vapeur [...] il n’y a pas de footing, indique avec désespoir le papa d'un nourrisson de quatre mois.

C'est justement pour protéger leur bébé que le couple a dû aller s'installer chez un proche. Ils sont très inquiets de savoir que leur petit pourrait tomber malade en raison de la forte présence de moisissures.

On parle de 200 ppm [parties par million] de moisissures dans une maison normale. On est au tour de 4000 ppm.

Mathieu Allaire-Normand

Les anciens propriétaires ont été contactés et sont même venus constater les dégâts. Eux autres nous mentent concernant les dégâts d’eau, affirme le père de famille. Les anciens propriétaires disent qu’il n’y a jamais eu d’infiltration d’eau.

L'inspecteur en bâtiment Claude Dussault estime qu'il n'est pas aisé pour les inspecteurs de déceler les problèmes de fondation avant l'achat d'une maison puisqu'il ne s'agit que d'une inspection visuelle.

Il suggère de demander une inspection technique d'un spécialiste dans un domaine particulier si l'on veut pousser la recherche plus loin.

Un stress énorme

On n'a présentement aucune place pour rester, pis les fonds ont passé pas mal dans les rapports d'ingénieurs, les tests de qualité d'air, les comptes de banque diminuent de jour en jour, les frais d'avocats, confie M. Allaire-Normand. La situation lui cause un stress énorme.

S'ils décident de poursuivre les anciens propriétaires, cela pourrait leur coûter jusqu'à 25 000 $. Le processus peut prendre plusieurs années et le couple craint que ceux-ci ne soient pas solvables.

Selon la notaire Véronique Semexant, la découverte de vices cachés arrive fréquemment, et ce, même si les nouveaux propriétaires ont procédé à une inspection.

Pour plus de sécurité, il faudrait quasiment toujours ouvrir les murs. Et même en ouvrant les murs, tu pourrais passer à côté de quelque chose, explique-t-elle.

Véronique Semexant en entrevue à l'extérieur. Elle porte un manteau d'hiver noir et un foulard rose.

Véronique Semexant est notaire à Gatineau.

Photo : Radio-Canada

Dans les cas comme celui de la famille Allaire-Normand, elle recommande d'engager rapidement un avocat pour amorcer un processus de mise en demeure contre les anciens propriétaires.

Elle confirme cependant les craintes du couple concernant la solvabilité des vendeurs.

Si on a un vendeur en faillite, bien c'est dommage, mais le recours vient de mourir là.

Véronique Semexant, notaire

Il est également possible de remonter au propriétaire précédent.

Avec les informations de Roxane Léouzon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Immobilier