•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alexandre Cusson plaide pour un Parti libéral éthique et transparent

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Alexandre Cusson promet une direction de l’éthique et de la conformité dans les 100 premiers jours.

Le reportage de Marie-Pier Mercier

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Alexandre Cusson part à la conquête du Parti libéral du Québec (PLQ) sous le sceau de l’éthique et de la transparence. L'ancien président de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) et maire de Drummondville a lancé officiellement dimanche à Québec sa campagne à la direction de la formation.

Cette semaine, l’actualité nous a rappelé une période qui a terni l’image de la politique au Québec. On doit ensemble redresser la barre, a-t-il dit devant un parterre de militants enthousiaste.

Il faut s’occuper de notre parti. Et s’occuper de notre parti, c’est faire place à l’éthique en politique.

Alexandre Cusson, candidat à la direction du PLQ

S’il est élu, M. Cusson s’engage à mettre en place au sein du parti une direction de l’éthique et de la conformité dans les 100 premiers jours.

Il promet également de déposer dans la même période un projet de loi qui engagera l’ensemble des partis québécois à se doter d’une direction d’éthique.

M. Cusson appelle aussi à des investitures ouvertes au sein du parti pour le renouveler.

C’est une demande à laquelle nous allons répondre, en assurant la parité entre les hommes et les femmes, affirme le candidat qui plaide aussi pour la jeunesse issue notamment de la diversité.

On doit faire tout ce qui est en notre pouvoir pour rester connecté, offrir des garanties beaucoup plus élevées en matière de transparence.

Alexandre Cusson, candidat à la direction du PLQ

Insistant sur la nécessité d'une organisation forte, M. Cusson estime que l'on doit faire plus d'efforts en étant à l’écoute des militants. Il faut écouter les instances du parti, il faut s’en inspirer, dit-il.

Il entend donner plus de flexibilité aux coordonnateurs régions en leur accordant plus de moyens pour qu’ils soient plus présents sur le terrain.

Le candidat s’engage aussi à être plus présent à travers des rencontres régulières avec, entre autres, les conseils régionaux et les associations locales du parti.

Nationaliser l'eau potable

Alexandre Cusson a également profité du lancement de sa campagne pour proposer une réflexion sur la nationalisation de l'eau potable au Québec.

Pour lui, il est inacceptable que les compagnies d'embouteillage ne versent, au total, que 150 000 $ en redevances à l'État.

Il n'est plus question d'exploiter cette richesse qui appartient à tous les Québécois, a affirmé en mêlée de presse M. Cusson.

Il a donné en exemple le cas de l'Ontario qui a fait passé en 2017 ses redevances sur l'eau de 3,71 $ à 503,71 $ par million de litres d'eau.

On parle de milliards et milliards de litres. Ce n'est pas une ressource inépuisable. Il faut prendre les décisions maintenant, a commenté M. Cusson en mêlée de presse, bien déterminé à ne plus enrichir quelques grandes compagnies étrangères, sur le dos de l'ensemble des Québécois.

M. Cusson assure également qu’il sillonnera prochainement le Québec pour rencontrer les militants sur le terrain afin de parler des enjeux et des défis de la formation politique.

Alexandre Cusson, 51 ans, quittera la mairie de Drummondville le 31 janvier, un poste qu'il occupe depuis novembre 2013.

Il avait confirmé sa candidature en novembre dernier, en marge du conseil général du PLQ à Sherbrooke. Les députées libérales Marwah Rizqy et Lise Thériault lui avaient accordé leur soutien.

Il affrontera la députée de Saint-Henri-Sainte-Anne, Dominique Anglade, qui a été la première à annoncer sa candidature pour succéder à Philippe Couillard à la tête du parti.

Le futur chef du PLQ sera élu le 31 mai prochain à Québec.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !