•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quelques paniers à la mémoire de la jeune victime de la fusillade de la rue Gilmour

Une foule dans les estrades d'un gymnase.

Les gradins du gymnase du collège La Cité étaient pleins le samedi 25 janvier pour un match de basketball à la mémoire de Mayok Akol.

Photo : CBC/Krystalle Ramlakhan

CBC

De nombreux spectateurs ont assisté à un match de basketball amical afin de lever des fonds pour la famille de Manyok Akol, le jeune homme mort dans la fusillade de la rue Gilmour, au centre-ville d’Ottawa, le 8 janvier dernier.

L’événement Ball 4 Metro — en référence au nom d’artiste de la jeune victime, FTG Metro — était organisé par Prezdential Basketball et les personnes du balado The House, qui traite du quartier Britannia Woods où a grandi Mayok Akol.

Quand ça s’est passé, je voulais faire quelque chose. On ne pouvait pas rester les bras croisés, a expliqué Manock Lual de Prezdential Basketball, un organisme qui fait aussi du travail social.

Mayok Akol est mort lorsque des personnes se sont introduites vers 7 h 30 dans un logement Airbnb où il dormait. Trois autres personnes séjournant dans le domicile ont été blessées par balle, dont un adolescent de 15 ans.

Manock Lual et Jean-Jacques Ngandu posent pour la caméra dans un gymnase.

Manock Lual (à gauche) et Jean-Jacques Ngandu (à droite) ont mis sur pieds la partie de basketball amicale.

Photo : CBC/Krystalle Ramlakhan

Quand une tragédie survient, on n’a pas la chance de s’exprimer tout de suite. C’est l’occasion pour tout le monde qui est touché de se réunir pour s’exprimer dans la guérison et l’unité, a ajouté M. Lual.

La foule nombreuse qui remplissait les gradins du gymnase du collège La Cité a fait une minute de silence avant le début de la joute amicale.

La cousine de Manyok Akol, Athiep Lual, est convaincue qu’un événement comme celui-ci qui rassemble autant de gens à travers le sport aurait plu au jeune homme.

Ce n’était le genre de personne qui n’aurait pas aimé que les gens restent assis dans leur coin à pleurer son sort. Il aurait voulu que tout le monde continue d’avancer, a-t-elle indiqué.

Mme Lual s’est aussi dite émue de la réponse « incroyable » de la communauté qui s’est mobilisée pour prendre part à l’événement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Engagement communautaire