•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les recherches se poursuivent pour une 6e journée dans le lac Saint-Jean

Deux secouristes et un bateau pneumatique.

Les plongeurs ont retrouvé deux autres corps dans les eaux du lac Saint-Jean dimanche matin.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

En fin de semaine, les plongeurs de la Sûreté du Québec (SQ) ont repêché deux autres corps dans les eaux du lac Saint-Jean, à six kilomètres du point initial des recherches. Plus tôt, ils avaient également repéré la septième et dernière motoneige du groupe.

La SQ a élargi à 10 kilomètres le périmètre des recherches pour améliorer ses chances de retrouver les deux autres personnes qui manquent toujours à l’appel. Les disparus font partie d'un groupe de huit touristes français et leur guide québécois impliqués dans un accident mardi dernier.

Le corps de Gilles Claude, 58 ans, avait été repêché vendredi dans le secteur de Saint-Cœur-de-Marie, alors que celui du guide de l’expédition, Benoit Lespérance, 42 ans, avait été retrouvé par les pompiers d’Alma mardi soir. Deux autres corps ont été repêchés par la suite.

Malgré la fatigue qui commence à se faire sentir, la police poursuit ses efforts. La fatigue, ça fait partie du travail. Il faut faire fi de ça. C'est important de se mettre à la place des familles [des motoneigistes disparus]. C'est ce qui donne le courage et l'énergie pour continuer d'avancer, a mentionné le porte-parole de la Sûreté du Québec, Hugues Beaulieu.

Trois équipes de plongeurs sont toujours sur place. Elles se relaient toutes les deux heures et font de nombreuses plongées sous la glace. Toutefois, les conditions sont difficiles, car les plongeurs doivent gérer les courants et la température glaciale.

Il n’est pas du tout question pour l’instant de réduire les effectifs.

Un guide avance une hypothèse

Alors qu’on cherche toujours à comprendre pourquoi le groupe s’est aventuré sur le lac Saint-Jean dans un secteur dangereux, le guide de motoneige Jean-Charles Fortin, qui a bien connu celui qui menait l’expédition, nuance la première analyse qu'il a faite, à chaud, mercredi dernier.

En entrevue quelques heures après l'accident, M. Fortin avait affirmé : La personne qui guidait ce voyage-là était peut-être un motoneigiste responsable et expérimenté, mais il en a échappé une.

En sachant que le guide était Benoit Lespérance, un homme qu'il connaissait bien, Jean-Charles Fortin assure qu'il n’aurait jamais mis en danger les touristes qui l’accompagnaient.

Toutes les hypothèses qui disent qu’ils ont essayé de prendre un raccourci, moi, je les écarte. Je n’y crois pas.

Jean-Charles Fortin, guide de motoneige

Entrevue avec Jean-Charles Fortin

Selon Jean-Charles Fortin, Benoit Lespérance aurait manqué une bifurcation sur le sentier fédéré 93 au moment d’entrer en forêt en raison des conditions météorologiques. Ce sentier longe le lac Saint-Jean.

Je pense vraiment que, ce qui est arrivé, c’est que la visibilité était pratiquement nulle puis qu’ils ont manqué le sentier. Ils n’ont pas été capables de rentrer en forêt, croit Jean-Charles Fortin.

D'après les informations de Flavie Villeneuve et de Jean-François Coulombe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Tourisme