•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le coronavirus chinois est contagieux malgré l'absence de symptômes

Des hommes portant des masques font la file pour passer à la caisse dans un marché.

Les gens font leurs courses dans un supermarché de Wuhan dimanche.

Photo : Reuters / CNS Photo

Radio-Canada

Le coronavirus a causé la mort de 81 personnes et plus de 2700 cas ont été confirmés en Chine. Le virus pourrait ne provoquer aucun symptôme pendant deux semaines, selon le ministre de la Santé chinois, Ma Xiaowei, ce qui n'enlève rien à sa contagiosité.

Si cette théorie est avérée, cela ferait de ce virus un adversaire beaucoup plus contagieux que le SRAS ou l’Ebola, qui ne peuvent se transmettre que lorsque les symptômes apparaissent.

Selon les récentes informations cliniques, la capacité du virus à se répandre semble devenir plus forte, a indiqué le ministre lors d’une conférence de presse tenue dimanche, lors du deuxième jour de la nouvelle année lunaire.

La maladie ne serait cependant pas aussi puissante que le SRAS, selon « ce que nous voyons à présent », a pour sa part indiqué le responsable du Centre chinois de contrôle et prévention des maladies, Gao Fu.

Le directeur de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a annoncé qu'il se rendait en Chine pour discuter avec les autorités des moyens de contenir l'épidémie.

Se basant sur le nombre de patients hospitalisés qui n'ont pas encore été testés, Zhou Xianwang, le maire de Wuhan, foyer de l’infection, a dit qu’il s’attendait à environ un millier de contaminations supplémentaires. S’il venait à être confirmé, ce chiffre ferait bondir de moitié le nombre de contaminations pour l'ensemble du pays.

La Chine prend cette épidémie très au sérieux. Après avoir mis en quarantaine près de 56 millions de personnes à Wuhan et dans les villes avoisinantes, limité les activités du réseau d’autobus et ordonné des mesures nationales de dépistage dans les transports, les autorités chinoises ont renforcé leurs mesures de protection dimanche afin d’endiguer la propagation du virus.

Soupçonnant les premiers cas d’avoir été contaminés dans un marché de fruits de mer et d'animaux vivants de Wuhan, Pékin a annoncé une interdiction temporaire du commerce des animaux sauvages.

Le marché qui serait au centre de l'épidémie a été fermé le 1er janvier. Des animaux vivants comme des rats, des louveteaux et des salamandres géantes y étaient vendus.

La nouvelle norme est que les pandémies vont se produire plus fréquemment, selon Peter Daszak, président d'EcoHealth Alliance, une ONG spécialisée dans la prévention des maladies infectieuses. Nous sommes de plus en plus en contact avec des animaux qui sont porteurs de ces virus.

Par ailleurs, le port obligatoire du masque commence à être imposé dans de plus en plus de villes chinoises. Déjà obligatoire à Wuhan, dans plusieurs grandes villes et dans la province du Jiangxi, il l’est maintenant aussi depuis dimanche dans le Guangdong, laquelle, avec ses 110 millions d'habitants, est la province la plus peuplée de Chine.

Coronavirus : la situation en Chine

Évacuation des diplomates américains

Les États-Unis ont annoncé dimanche qu'ils organisaient l'évacuation de leur personnel diplomatique et d'autres ressortissants américains bloqués à Wuhan.

Washington espère faire partir un vol direct de Wuhan à San Francisco mardi, a annoncé le département d'État dans un communiqué.

Les États-Unis disposent d'un consulat à Wuhan, ville où ont été dénombrés la grande majorité des contaminations et des décès causés par le nouveau coronavirus.

Les places sont extrêmement limitées et, s'il n'est pas possible de transporter tout le monde, la priorité sera donnée aux personnes les plus à risque, a précisé le département.

D'autres pays prévoient des évacuations de la ville et de sa région.

La France envisage une évacuation par autocar de ses ressortissants, en collaboration avec les autorités chinoises, a annoncé vendredi le Quai d'Orsay. La date de ce transfert n'a pas été précisée.

Un 5e cas de virus en sol américain

Une femme portant un masque tient dans ses bras un bébé, masqué lui aussi, dans un escalier roulant.

Des voyageurs arrivent de Chine à l'aéroport de Seattle.

Photo : Reuters / David Ryder

Deux nouveaux cas de coronavirus, à Los Angeles et dans le comté de Maricopa, en Arizona, ont été confirmés dimanche aux États-Unis.

Le troisième cas rapporté était dans le comté d'Orange, dans le grand Los Angeles. Selon l'Agence de santé du comté d'Orange, la personne infectée est un voyageur en provenance de Wuhan.

Les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont confirmé que le patient avait été testé positif au nouveau coronavirus. Le malade a été isolé dans un hôpital local et son état était sans gravité.

Il n'y a aucune preuve que le virus ait été transmis de personne à personne dans le comté d'Orange, a assuré l'Agence.

Le risque d'une transmission locale reste faible pour le moment.

Agence de santé du comté d'Orange

Aucun détail n'a été donné sur la façon dont la personne est arrivée aux États-Unis ni sur son identité.

Les autres cas américains concernent une sexagénaire revenue de Wuhan le 13 janvier et habitant Chicago et un homme d'une trentaine d'années de l'État de Washington qui s'était également rendu dans la ville chinoise récemment.

L'épidémie a atteint la France, en Europe, et l'Australie, malgré le renforcement des mesures prises pour tenter d'enrayer sa propagation. Un cas est aussi soupçonné en Ontario, ce qui en ferait le premier cas au Canada.

Festivités annulées à Paris

Parmi les touristes, un homme asiatique porte un masque.

Des touristes se promenaient samedi sur la place du Trocadero, devant la tour Eiffel, à Paris.

Photo : Reuters / Benoit Tessier

Dans la capitale française, où deux des trois cas confirmés de coronavirus du pays sont hospitalisés, des festivités du Nouvel An lunaire qui devaient se tenir dimanche ont été annulées, a indiqué dimanche la mairesse Anne Hidalgo.

J'ai rencontré hier la communauté chinoise de Paris, qui a souhaité annuler elle-même le défilé prévu cet après-midi place de la République, a annoncé Anne Hidalgo. C'est le principe de précaution qui prime. Les associations n'avaient pas le cœur à la fête.

Mme Hidalgo n'a pas précisé si les autres festivités programmées un peu partout dans la capitale ces prochains jours seraient annulées, notamment le grand défilé prévu le 2 février dans le 13e arrondissement, où vivent une grande partie des Parisiens d'origine asiatique.

À Bordeaux, où se trouve le troisième cas enregistré en France, des festivités prévues également ce dimanche ont aussi été annulées par les organisateurs.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Maladie

International