•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La coopérative La Mauve à Saint-Vallier déclare faillite

Le reportage de Sébastien Tanguay

Photo : Radio-Canada / Carl Marchand

Félix Morrissette-Beaulieu

Cumulant un important déficit depuis cinq ans, la coopérative La Mauve, située à Saint-Vallier, dans Bellechasse, cesse ses activités.

C’est vraiment de la tristesse, indique l’ex-présidente de La Mauve Natasha Lambert, qui ajoute avoir fait un retour au conseil d’administration avant Noël dans l’objectif de redresser la situation financière de la coopérative.

Des actions ont été prises pour corriger la situation, mais les possibilités de relance n’étaient plus viables. Par conséquent, la faillite s’est imposée, peut-on lire dans un courriel envoyé au producteurs.

Ce qui mettait La Mauve beaucoup en difficultés, c’était ses frais fixes. On voyait que depuis plusieurs années, le magasin était en difficulté, ajoute la productrice.

La vente de l’édifice de La Mauve, à Saint-Vallier, faisait partie des solutions. Les membres avaient voté favorablement pour la vente du siège social et le déménagement dans des locaux locatifs. Ça n’a pas suffi parce que la Mauve cumulait des dettes importantes depuis plusieurs années. On était rendu trop loin pour être capable de poursuivre, explique Mme. Lambert.

Fondée en 2002, la coopérative La Mauve distribuait et transformait les produits d’une quarantaine de producteurs de Chaudière-Appalaches. Elle offrait également des paniers biologiques.

Elle occupait les locaux d’une épicerie boucherie vieille de 150 ans à Saint-Vallier.

C’est le syndic en redressement et en insolvabilité Raymond Chabot Grant Thornton qui sera responsable de piloter la faillite.

La Coopérative La Mauve, à Saint-Vallier.

La Coopérative La Mauve, à Saint-Vallier.

Photo : Radio-Canada

Déceptions

Les administrateurs de la coopérative se disent conscients des conséquences pour ses clients.

L’interruption de la livraison de paniers biologiques pour les membres a d’ailleurs eu lieu au mois de janvier.

On a eu d’autres pépins majeurs au niveau financier qui a fait en sorte que ce n’était pas possible de continuer, déplore Nathasha Lambert.

Nous entendons votre colère et votre déception. Personne n’a souhaité cette issue et tout le monde en subit les conséquences.

Les producteurs aussi seront pénalisés. Depuis des années, les producteurs croient à La Mauve, continuaient à livrer même s’il avait des retards de paiements importants. De de ce côté-là, les producteurs sont pénalisés, conclut l'ex-présidente.

Une rencontre sera organisée dans les prochains jours afin de trouver une nouvelle formule et discuter avec les producteurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Agro-industrie