•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après deux cancers, une rentrée parlementaire émouvante pour Dominic LeBlanc

« Moi j’avais 51 ans, je faisais face à ma propre mortalité un moment donné. »

Le député libéral de Beauséjour et président du Conseil privé de la reine pour le Canada, Dominic LeBlanc.

Le député libéral de Beauséjour et président du Conseil privé de la reine pour le Canada, Dominic LeBlanc, est en rémission d'un lymphome non hodgkinien.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Nicolas Steinbach

Après des mois de convalescence, Dominic LeBlanc fait son retour à la Chambre des communes lundi. Une rentrée parlementaire hors du commun pour le député de Beauséjour, en rémission d’un lymphome non hodgkinien, un cancer du sang, diagnostiqué en avril 2019.

Après plus de cinq mois loin des projecteurs, Dominic LeBlanc nous accueille chez lui à Moncton en toute intimité. L’homme est amaigri, il a perdu 18 kilos.

Ça va de mieux en mieux chaque semaine, ça fait déjà plus de quatre mois que j’ai eu ma greffe.

En avril 2019, Dominic LeBlanc reçoit un diagnostic de lymphome non hodgkinien. Le type de son cancer du sang était assez rare, confie-t-il aujourd’hui. On me dit qu’il y a peut-être 500 personnes dans le monde qui ont eu le diagnostic confirmé.

J'ai le même système immunitaire qu'un bébé de quatre mois. C'est parfaitement normal, ça se rebâtit.

Dominic LeBlanc

Les cheveux du député de Beauséjour ont commencé à repousser. Il les avait perdus en raison des traitements particulièrement agressifs de chimiothérapie. Moi, j’ai eu un buffet à volonté de chimio pendant un an.

Le sens de l’humour, lui, est intact. Moi, j'aimais beaucoup le Dominic LeBlanc d'avant, mais je suis peut-être biaisé, répond-il lorsqu'on lui demande s'il a changé.

Dominic LeBlanc et Justin Trudeau posent ensemble.

Dominic LeBlanc a été chaudement accueilli par ses collègues à Rideau Hall le jour de son assermentation comme président du Conseil privé de la reine pour le Canada.

Photo : Radio-Canada

Son système immunitaire est aujourd’hui plus fort, mais encore fragile. Il n’a plus besoin de porter de masque protecteur, bien visible le jour de son assermentation le 20 novembre 2019.

Il y a encore un risque assez important de prendre une infection, une infection virale, si quelqu’un a un rhume, l'influenza. Il faut que je sois un peu plus prudent que normal.

Dominic LeBlanc fait sa rentrée parlementaire lundi. C'est la première fois qu’il reverra ses collègues à la Chambre des communes depuis l’hiver dernier.

Je ne vais pas aller serrer 338 mains. Je suis assis à côté de Pablo Rodriguez et Jean-Yves Duclos. Si ni l'un ni l'autre n’est malade, je devrais être correct.

La maladie que j’ai eue était très très grave

Le lymphome non hodgkinien est le deuxième diagnostic de cancer en deux ans pour Dominic LeBlanc. En avril 2017, il apprend qu’il est atteint d’une leucémie lymphoïde chronique. Il sera en rémission de ce cancer un an plus tard.

Mais le lymphome non hodgkinien se révèle rapidement beaucoup plus agressif.

J’ai sûrement [pensé à la mort] probablement plus quand j’étais à Moncton avant la greffe (...) À ce moment-là, si le Dr Nicholas Finn n’avait pas pu trouver la recette de chimiothérapie et si je n’avais pas répondu aux traitements, il n’y avait pas de doute que j’étais dans un coin très difficile.

Le député Dominic, assis et portant un masque protecteur, fait un contact poing à poing avec un autre homme alors qu'il était toujours sans cheveux en raison des traitements de chimiothérapie.

Le député Dominic LeBlanc félicite le leader du gouvernement à la Chambre des communes, Pablo Rodriguez, alors qu'il devait toujours porter un masque.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Ce deuxième cancer l’éloigne de la vie politique. En avril 2019, il annonce qu'il quitte temporairement le cabinet et son poste de ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur.

Je ne me sentais pas prêt à me retirer de ma fonction de député

Dominic LeBlanc

Les traitements de chimiothérapie qu'il subit à l'hôpital Georges-L.-Dumont de Moncton détruisent son système immunitaire. Les médecins à Moncton à un moment donné m’ont dit : "vous présenter à une élection avec la maladie que vous avez, c’est pas évident".

Dominic LeBlanc confirme sa candidature

Mais le député décide de continuer. Il confirme sa candidature dans Beauséjour en juin 2019. Pour lui, ne pas se représenter n’est pas envisageable. Et puis ses médecins lui disent que son état se rétablira rapidement après sa greffe de moelle osseuse.

J’adore le travail que je fais, je commençais ma carrière comme ministre, je pensais qu’on pouvait gagner les élections comme gouvernement libéral à l’automne. Et moi je n’ai pas fini mon travail dans la circonscription, au Nouveau-Brunswick et au Canada.

Malgré sa volonté de faire campagne, les nouvelles ne sont pas bonnes. L’hôpital Maisonneuve-Rosemont, responsable de sa greffe à la moelle osseuse, décide de changer son donneur en raison d’une exposition potentielle au virus Zika. La greffe est repoussée d’un mois et la chimiothérapie à Moncton est prolongée.

Dans son état, l’option d’une campagne terrain est définitivement écartée.

Les affiches électorales Dominic LeBlanc sont bien visibles dans la circonscription de Beauséjour, mais le candidat libéral est absent.

Dominic LeBlanc fait campagne exclusivement dans les médias sociaux et continue d’être coprésident du comité de la campagne nationale du parti.

Photo : Radio-Canada / Guy R. LeBlanc

À quelques jours du déclenchement des élections fédérales, Dominic LeBlanc part finalement à l'hôpital Maisonneuve-Rosemont de Montréal pour recevoir sa greffe. Il est confiné à l’isolement pendant 55 jours.

Il reçoit sa greffe le 18 septembre 2019 qui se déroule sans complication inhabituelle.

Le jour de l’élection, le 21 octobre, Dominic LeBlanc est toujours hospitalisé à Montréal et ne peut assister à sa septième victoire.

J’étais évidemment déçu parce que des gens ont travaillé tellement fort pour que je sois réélu, alors tu veux à tout prix les remercier.

En politique, on ne peut jamais faire le tour

Le 5 novembre 2019, Dominic LeBlanc reçoit son congé de l’hôpital.

Son corps a accepté la greffe. Il y a quelques jours, les médecins lui ont confié que 100 % des cellules qui circulent dans son sang viennent désormais du donneur. En d’autres mots, ses cellules malades ont disparu.

Le jour où j’ai eu ma greffe, les médecins m’ont dit que c’était comme une deuxième fête de naissance.

Dominic LeBlanc

Malgré son jeune âge, 52 ans, Dominic LeBlanc est l’un des vétérans du gouvernement Trudeau. En novembre, il cumulera vingt années de services comme député de Beauséjour. Il ne veut pas dire si ce sera son dernier mandat.

Je n’ai pas besoin de prendre cette décision tout de suite, c’est une question que vous pouvez me poser dans trois ans, lâche-t-il.

Un homme en complet pose dans une cuisine.

En tant que président du Conseil privé de la reine pour le Canada, Dominic LeBlanc est conscient qu'il est désormais le seul ministre à représenter le Nouveau-Brunswick au cabinet après que sa collègue Ginette Petitpas-Taylor eut été exclue du cabinet.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Dominic LeBlanc veut, entre autres, aider à reconstruire la marina de Shediac dévastée par l’ouragan Dorian, achever l'agrandissement de la route 11, reconstruire l’hôpital psychiatrique de Shepody au pénitencier Dorchester et investir des centaines de millions de dollars pour un centre scientifique de Pêches et Océans à Moncton.

Il y a des projets qui ne sont pas finis et que j’ai commencés dans le dernier mandat comme ministre et je veux m’assurer qu’ils soient dans une condition qu’un futur gouvernement ne peut pas les enlever.

De retour au travail

La rentrée parlementaire du député de Beauséjour sera émouvante.

C’est la première fois que je serai à la Chambre des communes avec mes collègues députés depuis le mois de mars l’année passée, alors ce sera vraiment agréable de revoir des collègues

Dominic LeBlanc

L'influence de Dominic LeBLanc demeurera importante à Ottawa. Il se dit conscient que le pays est profondément divisé et entend mettre son rôle à profit, surtout que les libéraux n’ont élu aucun député en Alberta et en Saskatchewan.

C’est un sujet qui nécessite l’attention de tous les ministres et de tous les députés au Conseil des ministres. On est préoccupés tout le monde par cette réalité-là.

En tant que président du Conseil privé de la reine pour le Canada, il préside le comité des opérations nouvellement mis sur pied par le premier ministre. Il affirme que l’unité du pays fera certainement partie des discussions hebdomadaires.

Il y a certaines agences centrales qui touchent tous les ministères du gouvernement; Conseil privé, ministère des Finances, Conseil du Trésor, alors si on est président du Conseil privé, forcément on est attaché aux grands dossiers.

Deux hommes riant devant un comptoir de cuisine.

Domininic LeBLanc confie que le premier ministre Justin Trudeau lui a offert son appui à maintes reprises durant sa convalescence. Comme ici lors de son passage à Moncton pour la Fête des Acadiens, le 15 août 2019.

Photo : Facebook: Dominic LeBLanc

Il sera un proche conseiller du premier ministre de par ses fonctions, mais aussi en raison de la nature de leur relation. Dominic LeBlanc et Justin Trudeau se connaissent depuis qu'ils sont enfants. Moi j’ai une relation assez étroite avec le premier ministre, je me sens assez privilégié dans le sens qu’on a, je l’espère, un niveau de confiance assez élevé entre nous.

Il veillera aussi à l’avancement du programme des libéraux dans un contexte de gouvernement minoritaire. De travailler avec le leader du gouvernement en Chambre, le ministre Rodriguez, un ami de longue date aussi, alors lui et moi, on va travailler ensemble pour que notre caucus libéral et nos collègues de l’opposition ne soient pas surpris par les mesures législatives qu’on va présenter et essayer de bâtir des liens.

Le député de Beauséjour semble prêt et bien en selle pour retourner à une vie politique active.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique fédérale