•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ONG s'associe à un supermarché pour aider les Philippins victimes du volcan Taal

Une cliente fait un don après avoir fait son épicerie.

Le magasin Seafood City est un endroit prisé de la communauté philippine depuis son ouverture le 28 novembre dernier.

Photo : Radio-Canada / Travis Golby

Radio-Canada

Une organisation non gouvernementale winnipegoise s’est associée samedi au récent supermarché philippin Seafood City pour réunir des fonds en vue d’aider les victimes du volcan Taal au sud de Manille, aux Philippines.

Depuis la dernière éruption du cratère le 12 janvier, plus 125 000 personnes ont dû quitter leur maison dans la province de Batangas. Des milliers d’entre eux vivent dans des refuges dans l’attente d’une plus grande éruption.

À cela s’ajoutent les dégâts de tremblements de terre survenus en octobre et décembre.

C’est pour venir en aide aux habitants sur place que s’est formée l’association winnipegoise Tulong kaBayan, dont le nom en tagalog signifie « aidons notre pays ».

Cette dernière a tenu samedi une collecte de fonds à Seafood City. Le magasin alimentaire philippin attire l’attention de la communauté depuis son ouverture le 28 novembre dernier.

L’enseigne invitait ses clients à dépenser quelques dollars de plus lors de leurs achats pour soutenir les habitants de leur pays d’origine.

Le magasin prévoit d’ailleurs de poursuivre l’opération toute la semaine prochaine.

Rowena Hernandez a participé à l’organisation de la collecte. Elle a aussi travaillé pendant 10 ans comme travailleuse sociale dans la région du volcan. Certains membres de sa famille et de ses amis sont affectés par la catastrophe naturelle.

J’ai vu des personnes qui souffrent et mon cœur est déchiré. J’essaie alors, à ma petite échelle, de donner de mon temps pour créer un événement qui pourra les aider, explique-t-elle la larme à l'œil.

Elle ajoute que la région qui est riche de l’industrie forestière et de la pêche est actuellement complètement dévastée.

Jocelyn Bacchus a choisi de faire un don parce que plusieurs membres de sa famille ont dû être déplacés en raison du tremblement de terre du 14 décembre dernier à Davao del Sur, au sud de l'archipel.

Le terrain fissuré d'une maison aux Philippines.

Jocelyn Bacchus affirme que plusieurs membres de sa famille en raison des secousses qui ont ravagé les habitations.

Photo : Jocelyn Bacchus

Elle explique avoir tenté de les aider autant qu’elle le pouvait, mais reconnaît que les collectes de fonds des ONG permettent d’aller plus loin.

« [Les victimes sur place] ont besoin de biens de première nécessité, de donations parce qu’elles ont perdu leur emploi et leur vie d’avant. Il n’y a pas de maison où vivre. Ils sont dans des tentes », affirme-t-elle.

De leur côté, Seafood City et l’organisation Tulong kaBayan se sont engagés à reverser l’argent récolté à la Fondation internationale ABS-CBN qui vient en aide aux victimes sur le terrain.

L’association winnipégoise ajoute avoir demandé des preuves que l’argent est bel et bien utilisé pour aider la population sur place. Elle a exigé des photos et des vidéos témoignant de personnes recevant des couvertures, de l’eau ou encore de la nourriture.

Avec des informations de CBC.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Économie sociale et de partage